Selon Roger Banchi, en Côte d’Ivoire, nul ne peut prouver qu’Alassane Ouattara n’a pas le droit de briguer un troisième mandat. Car il estime que mener la contestation juridique de l’éligibilité de président ivoirien pour les élections de 2020, serait un combat perdu d’avance. Il a déclaré que le véritable procès qu’il faut faire n’est pas celui du 3e mandat présidentiel mais celui du vote ethno-tribal qui le garantit

 

« La maladie chronique qui empêche la démocratie ivoirienne d’éclore et d’atteindre sa gloire, c’est l’adhésion et le vote ethno-tribal. Qu’un président ivoirien en 2018 n’éprouve aucun sentiment d’appréhension pour dire qu’il peut faire quatre mandats…doit nous renseigner sur qui nous sommes. Le véritable procès qu’il faut faire n’est pas celui du 3e mandat présidentiel mais celui du vote ethno-tribal qui le garantit », a déclaré Roger Banchi.

 

Il s’exprimait via son compte tweeter, d’où il a réagi à la probable candidature à un troisième mandat présidentiel d’Alassane Ouattara, en 2020. Roger Banchi ce proche du président de l’Assemblée Nationale, Guillaume Soro, souhaiterai plutôt que les ivoiriens évitent plutôt le vote ethno-tribal à la prochaine présidentielle de 2020. Car selon lui, c’est cela le vrai problème de la démocratie en terre d’Eburnie