Photos et vidéos à l’appui, toutes ces preuves ont été déposées devant la direction du FPI et son président Sangaré Aboudrahamane. J’en profite pour remercier le président Sangaré

Photos et vidéos à l’appui, toutes ces preuves ont été déposées devant la direction du FPI et son président Sangaré Aboudrahamane. J’en profite pour remercier le président Sangaré

Le député de Facobly et président du conseil régional du Guémon, Evariste Méambly, sur sa page Facebook, a fait une mise au point relative à la bastonnade d’un militant du Front populaire ivoirien (Fpi) dont il serait à la base. Il revient également sur cette sombre affaire de "fétiche" visant à tuer Laurent Gbagbo. Ci-dessous sa déclaration.

 

 

"C’est avec consternation que j’ai constaté ce week-end la publication sur les réseaux sociaux d’informations faisant état de la bastonnade d’un militant FPI de Facobly que j’aurais commandité auprès la gendarmerie.Il est important que soit rétablie la vérité.

 

Chers internautes, ce prétendu militant du FPI a été pris à partie par ses propres camarades de parti. Ces derniers lui reprochent d’avoir vandalisé les panneaux 12 mètres carré présentant l’image du président Gbagbo et du ministre Blé Goudé que j’ai fait poser à travers la région du Guémon.

 

Furieux de voir l’image de leur leader, absente de nos villes depuis 2011 vandalisée, ces militants s’en sont pris violemment à l’auteur de cet acte présenté comme un Fédéral du FPI.

 

A Duékoué au moment des faits, j’ai été informé de cette situation et j’ai dépêché des collaborateurs sur place pour le tirer des mains de ses agresseurs.

 

Le plus important dans cette affaire est que le vandale est passé aux aveux. Il a donné des détails sur l’identité de ses mandants.

 

Chers tous, ce sont malheureusement les mêmes qui sont derrière la sombre affaire du « Trêklê », fétiche que j’aurais acquis pour tuer mystiquement le président Gbagbo.

 

Photos et vidéos à l’appui, toutes ces preuves ont été déposées devant la direction du FPI et son président Sangaré Aboudrahamane.

 

J’en profite pour remercier le président Sangaré ainsi que l’ambassadeur Koné Boubacar pour leurs efforts dans l’aboutissement du projet de loi d’amnistie.

 

Je vous invite à rester sourds aux manœuvres désespérées de ces quelques personnes qui ne souhaitent point la libération des prisonniers et le retour d’exil des nombreux frères.