Aucun marché n’échappe à Adama Bictogo

Aucun marché n’échappe à Adama Bictogo

Dans les bonnes grâces du régime d’Abidjan dont il jouit pleinement de l’avènement au pouvoir d’Etat, Adama Bictogo ne cesse de tisser sa toile. Son empire grandit de jour en jour avec le lancement de la Société de Transport Lagunaire (STL) dont l’investissement s’élève à 20 milliards Frs Cfa. Pourtant la construction d’embacadères tant annoncée sur la lagune ébrié pour les passagers n’a pas vu le jour. Certainement la concurrence de l’autre Bakayoko a précipité les choses. Cet investissement, aussi faramineux soit il, ne représente qu’une goutte d’eau dans l’océan des marchés de Bictogo. La construction de plusieurs centrales électriques est en vue en Côte d’Ivoire, au Bénin, en Guinée et au Sénégal. Ainsi, sa holding, le groupe Snedai, avec ses 65 milliards Frs Cfa de chiffres d’affaire se prépare à investir 655 milliards Frs Cfa à l’horizon 2020 avec le concours des banques. Outre les pays susmentionnés, la Gambie, le Togo, le Mali, Burkina Faso…figurent au nombre des marchés. Sur des chapeaux de roue, la belle épopée a encore de beaux jours devant elle. Sous l’ère Ouattara, l’homme est indéboulonnable. A juste titre. Militant des premières heures du RDR, parti au pouvoir, il a été de tous les combats. De sa première rencontre avec Alassane Ouattara le 14 février 1994 à la crise postélectorale en 2010 en passant par les accords de Ouagadougou en 2007, l’ex-ministre de l’intégration africaine, député d’Agboville est incontournable dans les plans de Ouattara si bien qu’il lui confie sa campagne peésidentielle en 2015. Fort de son empire, le secrétaire général adjoint du RDR se présente comme l’un des successeurs naturels de Ouattara en 2020.

 

L’homme d’affaire controversé

 

La vie des hommes d’affaire est souvent faite en dent de scie. Celle de Bictogo n’y échappe point car éclaboussé par les déchets toxiques du Probo Koala en 2006. Un scandale relatif au détournement des indemnisations des victimes de ce navire l’a contraint à la démission du gouvernement Ouattara en 2011. Il sera acquitté par la Justice. Autre scandale, cette fois-ci à l’hexagone en décembre 2016. Adama Bictogo fait l’objet d’une plainte pour escroquerie déposée mi-décembre auprès du Tribunal de Grande Instance de Nanterre en France, par l’entreprise Soeximex. Il lui est reproché d’avoir indûment perçu, à partir de 2006 et en plusieurs tranches, près de 4 millions d’euros, soit 2,6 milliards de Frs Cfa, au nom de sa société «Côte d’Ivoire fruits», pour l’achat et la livraison de plusieurs milliers de tonnes de cacao via le Port Autonome de Lomé au Togo.