Incarcéré à la Cour pénale internationale (CPI) depuis le 22 mars 2014, Charles Blé Goudé croit fermement en sa libération. L’ex leader de la FESCI (Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire) a indiqué récemment que «la CPI ne sera pas la sépulture» de sa vie.  

 

 Charles Blé Goudé a été transféré le 22 mars 2014 à la CPI après avoir été arrêté au Ghana puis détenu en Côte d’Ivoire. L’ex ministre de Laurent Gbagbo reste persuadé qu’il reviendra de «l’enfer». Loin de se considéré comme un prisonnier, le « général de la rue » pense qu’il est  plutôt «en transit à La Haye».

 

Dans une publication sur sa page Facebook, Blé Goudé recommande de ne pas «pleurer sur un triste sort légué par un passé colonial au poids trop lourd». «Il est plutôt grand temps de tirer les leçons de notre passé pour comprendre notre présent douloureux, mais aussi, et surtout, pour construire un futur meilleur pour nos enfants et nos petits-enfants. Tel est le devoir qui incombe à chaque Africain », a-t-il écrit.

 

Celui que l’on surnomme le «général de la rue» entend bien participer à la construction d’un monde meilleur pour les enfants car il est convaincu que la «CPI ne sera la sépulture» de sa vie.