La machette dans les universités ivoiriennes

 

Le parrain que j’ai été de la Fédération estudiantine et scolaire de la Côte-d’Ivoire, la FESCI, ne peut rester silencieux devant cette façon de tronquer l’histoire de ce mouvement, que j’ai tenu, dans toute sa composante avec cœur, force et hargne.

 

Depuis peu, c’est d’abord, un certain NYAMSY proche d’un autre de mes filleuls et non des moindres, GUILLAUME SORO, actuel président de l’assemblée nationale de Côte-d’Ivoire, ancien secrétaire général de la fesci, après le départ précipité d’EUGENE DJUE et l’intérim de BLE GUIRAO.

 

NYAMSY donc en février 2018 dernier, je ne sais pas par quelle alchimie, a sorti un livre. Et dans une des pages du livre, il affirme que notre illustre prisonnier, un autre de mes filleuls CHARLES BLE GOUDE actuellement à la Haye, dont j’ai été d’ailleurs le président du congrès. Un congrès présidé par le président du Front populaire ivoirien d’alors, le président Laurent Gbagbo, qui a vu la brillante élection de Charles Blé Goudé, en face de Karamoko Yayoro.

 

À ce jour, je suis surpris de ne pas avoir vu une réaction énergique du parti dont il est le président fondateur le Cojep, pourtant une affirmation très grave et encore imprimée dans un livre pour la prospérité.

 

Voila, qu’il y a 3 jours, un autre de mes filleuls le nommé DOUMBIA MAJOR, affirme lui aussi que Blé Goudé est l’initiateur de l’introduction de la machette à l’université d’Abidjan. Devant cette façon éhonté de tronquer l’histoire, et vu que mon filleul et frangin Blé Goudé est emprisonné injustement à La Haye, et ne peut se défendre que par le canal des sachants que nous sommes, je sors de ma réserve de parrain, pour rétablir la vérité sur ce pan de l’histoire de la fesci.

 

À NYAMSY VIA SORO et à DOUMBIA MAJOR

 

Pendant le mandat de Blé Goudé, dont Doumbia Major tu étais dans le bureau en tant secrétaire a l’organisation, il n y a pas eu de machettes à l’université. C’est quand, pour le contrôle de la fesci par le rdr, tu as décidé une dissidence, ne reconnaissant plus ton secrétaire général, et pour t’imposer par la force, tu as introduit à l’université des individus peu recommandables loin d’être des étudiants a la mine patibulaires, armés de machettes, qui ont un matin, sur le campus, surpris, trainer et battu à sang Charles Blé Goudé Il n’a eu la vie sauve que grâce à l’intervention des étudiants présents. La tension est alors montée dans les cités universitaires restées fidèles à Blé Goudé. Tu décides de mettre ces cités sous tes ordres, et ta descente punitive a la base navale de Port-Bouet 3, avec tes sbires à la machette ont fait plein de dégâts ce jour-là.

 

C’est d’ailleurs cet évènement qui a marqué l’esprit des Ivoiriens, qui découvraient pour la première fois à l’écran, des étudiants découpés à la machette.

 

C’est en voulant rétablir son autorité de secrétaire général s’est lui aussi armé de machettes pour reprendre le contrôle du mouvement dont il était le secrétaire général. Je me souviens comme si c’était hier, car toutes les crises qu’a connues ce mouvement étudiant sous mon parrainage, ont été toujours réglées par moi, soit chez moi à port bouet, soit à un endroit choisi. Sur cette crise, je t’ai d’abord convoqué à mes bureaux au Burida. J’étais en ce temps membre du conseil d’administration du Burida.

 

Après nos échanges, c’est Blé Goudé qui m’a reçu chez sa mère au plateau dokoui, car se déplacer en ce temps était un risque pour lui. Au sortir de ses échanges, j’ai compris une chose, le rdr voyant les élections venir, s’est donné comme objectif, le contrôle de la fesci par tous les moyens. Et c’était toi leur choix et leur bras séculier introduisant la machette dans cette conquête de la fesci par le rdr.

 

La preuve après tous ces soubresauts, n’es-tu pas allé rejoindre les autres à Ouaga pour préparer la rébellion du rdr ?

 

Alors cher filleul Major, et cher monsieur Nyamsi, nous ne laisserons personne tronquer l’histoire de ce mouvement. Elle est tellement récente, que nos mémoires ne peuvent que rétablir la vérité.

 

C’était la vérité dite par l’ex parrain de la fesci de cette période.

 

Juste la voix de l’artiste