Les 6 et 7 février 2020 sont des jours décisifs pour Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Qui sont rappelés à une nouvelle audience devant la Cpi. Pour le Fpi, l’heure n’est pas au désarroi. Et Le meeting de Yopougon, samedi, l’a prouvé par la forte mobilisation. Quand Dr Assoa Adou prend la parole, les mots font corps avec la marée humaine. « Les avocats ont dit qu’un innocent qui n’a rien fait qu’on maintient en prison, c’est contre les droits humains. Les avocats de l’Etat de Côte d’Ivoire ont écrit à la Cpi que Gbagbo Laurent ne doit plus voir la Côte d’Ivoire. Gbagbo doit revenir sur la terre de ses ancêtres. Le 06 février, le Gouvernement de Côte d’Ivoire va prendre la parole pour dire ce qu’il en pense réellement. Le 06 février, soyez devant votre télévision, regroupez-vous, écoutez. Gbagbo a montré que c’est lui qui peut réconcilier les Ivoiriens. En tant que militant politique, dans la clandestinité comme dans la légalité, il n’a jamais prôné la violence. C’est nous qui devons libérer notre pays, c’est nous qui devons ramener Gbagbo Laurent ici » s’est-il adressé aux Ivoiriens. Devant ses militants, Assoa Adou a passé au peigne fin la gouvernance Ouattara. Pour lui, plus rien ne va sous ce régime. Il a pris l’exemple des jeunes qui vont mourir dans la méditerranée et le jeune de 14 ans décédé, récemment, dans le train d’atterrissage d’un avion à Paris comme illustration de la souffrance des Ivoiriens. Il poursuit pour dire que « depuis que le régime Ouattara est là, la démocratie recule dans notre pays. Tous les partis politiques sont aussi traversés par la division. Il divise le Pdci, le Mfa, le Pit comme il avait tenté de diviser le Fpi mais c’est peine perdue. Nous assistions à l’instauration de la pensée unique, c’est-à-dire si vous n’êtes pas d’accord avec eux, vous perdez votre emploi, vous n’accédez à aucun poste. Cela s’appelle dictature.

Au Plan politique, il y a des députés qui sont jetés en prison. C’est le despotisme. La Côte d’Ivoire est une République et non un royaume. Assoa Adou a rendu hommage aux militants de Yopougon de Gbagbo ».