un membre de la dissidence de la JPDCI confirme, sous anonymat,

l’information qui circule dans les milieux du vieux parti fondé par houphouët.

La candidature du vice-président Kablan Duncan est au centre de la reprise de la guerre de succession entre Bédié et ouattara :

«Bédié et Ouattara ont certes convenu qu’en 2020, le candidat du

RHDP à la l’élection présidentielle serait un candidat actif du PDCI.

mais en même temps, ils avaient également convenu que ce militant actif  du PDCI serait Kablan Duncan.

Ce sont les Guikahué qui, ne voulant pas de Kablan Duncan, ont contraint Bédié à retourner sa veste.Sinon au départ, il était bien

d’accord. C’est cette injustice-là que nous ne pouvons pas accepter. Ceux qui soutiennent la candidature de Kablan Duncan sont dans le

mouvement ‘’Sur les traces de Félix Houphouët-Boigny’’ ». selon notre interlocuteur,quand ouattara parle de transmettre le pouvoir à

«la nouvelle  génération», c’estbien de Kablan Duncan qu’il

parle. Pour lui, ahoussou Jeannot, président du sénat,

cadre PDCI, serait d’accord avec la vision de ouattara

lorsqu’il dit que

«le candidat du RHDP sera un militant actif du PDCI». Le jeune dissident de la JPDCI a fait cette affirmation en marge de

la déclaration que ses camarades et lui ont faite le jeudi

19 juillet dernier à la Maison de la Presse d’abidjan. La

salle avait d’ailleurs été demandée à leur profit par Yao

noël, ancien secrétaire national chargé de la Communication

du PDCI et actuel directeur de la Communication

du vice-président de la  République, Daniel Kablan

Duncan.

Les choses sont donc  claires :

Kablan Duncan est au centre de la nouvelle guerre Bédié-ouattara. selon des informations émanant  d’un membre influent du secrétariat

actuel du PDCIRDa,«si les présidents Bédié et Ouattara ont

convenu que le candidat du RHDP à l’élection présidentielle

de 2020 doit être un militants actif du vieux parti, il appartient à

celui-ci de le choisir parmi ses militants actifs.

 

Ce choix peut être Kablan Duncan ou un autre militant actif, mais il doit l’être

par la seule volonté du PDCI et non par celle Ouattara pour imposer au PDCI celui qui il veut».De toute évidence, personne ne veut comprendre

les tribulations de Bédié. a la vérité, une fois la création du

parti unifié RhDP achevée, le PDCI-RDa, à l’instar de tous

les autres partis membres de ce nouveau parti, n’existera

plus. Il sera dissout.

Dès lors, à l’intérieur du parti RhDP, Bédié n’aura plus à

revendiquer une candidature au profit d’un parti qui sera

déjà mort et enterré. ouattara sera alors à son aise pour imposer le candidat de son choix, s’il est contraint de renoncer à son illégal troisième mandat. et ça, Bédié et les siens qui ont bien

perçu l’astuce ne peuvent l’accepter. Ils estiment pour

leur part que «le meilleur hommage que tous les Houphouétistes

peuvent rendre à Houphouët, c’est de rejoindre le PDCI-RDA, le seul héritage politique légué à ses disciples, et non de militer en

faveur de sa disparition».

D’où la nouvelle guerre Bédié-ouattara à laquelle la Côte d’Ivoire assiste de nos jours, depuis le refus du parti unifié par le Bureau politique du vieux parti dirigé par Bédié.