Maître Claver N’dry, avocat de l’ancien leader des Jeunes patriotes ivoiriens de Charles Blé Goudé, a dénoncé lundi de “graves irrégularités observées’’ lors de l’enrôlement électoral, en vue des prochaines élections municipales et régionales, qui s’est achevé le 24 juin.

 

Au cours d’une conférence de presse animée dans un hôtel à Abidjan, Me N’dry a évoqué des irrégularités, constatées par des huissiers, qui “donnent froid dans le dos’’, reconnaissant toutefois ne pas disposer de chiffres sur leur “ampleur’’.

 

“Comment pouvons-nous expliquer que des personnes se soient recensées dans la commune de Treichville en vue d’une inscription sur la liste électorale du Plateau ? Comment il a été possible de recenser des personnes à Abobo Akeikoi en vue de leur inscription sur la liste électorale du Plateau ’’, s’est-il interrogé, invitant les autorités judiciaires à faire “la lumière sur cette affaire’’.

 

 La commune du Plateau (Abidjan), qui abrite la plupart des institutions ivoiriennes, devrait enregistrer l’un des bras-de-fer les plus tendus de la campagne pour les élections municipales en Côte d’Ivoire, alors même que la date du scrutin n’a pas été fixée.

 

A la tête de la commune depuis 17 ans, Noël Akossi Bendjo, 67 ans, devrait avoir pour principal adversaire l’homme d’affaires Fabrice Sawegnon, 46 ans, qui a fait fortune dans la communication et l’événementiel.

 

A cet effet, Me N’dry a affirmé avoir “saisi par courrier le procureur général afin qu’il se saisisse de la question pour éclairer l’opinion nationale et internationale’’.

 

“N’y a-t-il pas une intention frauduleuse de la Commission électorale indépendante (CEI) parce que je ne m’explique pas la mauvaise formation des agents’’, a-t-il poursuivi, estimant que “ces irrégularités ternissent l’image’’ de cette institution, chargée d’organiser les élections en Côte d’Ivoire.

 

Répondant aux questions des journalistes, Me N’dry a assuré agir en “citoyen’’ et n’avoir été saisi par aucune personnalité.

 

Pour conclure, il a affirmé que son “action n’a rien de politique’’.

 

En prélude à la tenue des prochaines élections municipales et régionales, la CEI avait lancé le 18 juin l’opération de la révision de la liste électorale, qui devrait permettre la mise à jour du fichier électoral en actualisant les données en termes de nombres d’électeurs et de renseignements concernant ceux-ci.

 

Au terme de l’opération qui s’est achevée le 24 juin, “915.801” personnes ont été enregistrées, dont “428.233 nouveaux enrôlés”, selon “les statistiques provisoires” publiées par la CEI.

 

Pour la seule ville d’Abidjan, 85.798 personnes ont actualisé leurs données et 84.889 nouveaux électeurs ont été enregistrés, selon la Commission.