Koné Boubacar, le porte-parole de l’aile « dure » du Front populaire ivoirien (Fpi), Aboudramane Sangaré, a accordé un entretien à ‘’Jeune Afrique’’, dans lequel il s’est prononcé sur la situation socio-politique du pays. Mais aussi et surtout sur les nombreux appels au rassemblement des militants de l'ex-parti au pouvoir.

  

Interrogé sur ce qui retarde la saisie de la main tendue de Pascal Affi N'Guessan, Koné Boubacar s’est voulu très clair. Pour lui, tant que l’ancien premier ministre n’admettra pas officiellement l’autorité du ''père-fondateur'' du parti à la rose, Laurent Gbagbo, l’unification au sein de leur formation politique ne serait qu’une vue de l’esprit de son camp.

 

« Il y aura une réconciliation et une unification au FPI dès l’instant où Pascal Affi N’Guessan, par un acte d’humilité et de repentir solennel, reconnaîtra le président Laurent Gbagbo comme président-fondateur et unique inspirateur du parti. C’est la seule et unique condition », a déclaré le porte-parole d’Aboudramane Sangaré.

 

Rappelons que l’actuel député Fpi de Bongouanou a, à plusieurs occasions, appelé le camp Sangaré à ‘’surmonter les contradictions'' au sein de leur formation commune pour affronter ensemble les échéances électorales à venir.

 

Mais aussi, pour la libération de leurs camarades détenus.