le président laurent Gbagbo avait bien prévenu Soro Guillaume et ses amis qui s’étaient engagés aux côtés d’alassane Ouattara dans sa guerre contre son régime.

 

«Les plus chanceux d’entre vous iront en prison ou en exil», avait prédit le président élu des Ivoiriens en 2010, et renversé par l’armée française au profit de Ouattara. les faits donnent une fois de plus raison au plus célèbre prisonnier de la Haye. après les moins chanceux, comme Ibrahim Coulibaly dit IB, Zaga Zaga, Kass, mobio, la Grenade, Tchuck et bien d’autres qui ont été atrocement tués en chemin, les plus chanceux, Guillaume Soro lui-même et Kamaraté Souleymane dit Soul To Soul se retrouvent aujourd’hui en exil inavoué pour l’un, et en prison pour l’autre. Comme quoi, le temps est vraiment l’autre nom de dieu. Tous ces jeunes, sortis pour la plupart de l’université, ont sacrifié leur vie en s’engageant dans une rébellion injusti- fiée. laquelle a abouti à une guerre absurde, dite guerre postélectorale. Tout ça pour permettre à la France de reprendre le contrôle de notre pays et de ses ressources naturelles à travers Ouattara. C’est ce même Ouattara qui se retourne aujourd’hui contre eux. Ce faisant, leur mentor d’hier donne tout son sens au proverbe qui dit : «Quand tu manges avec le diable, il faut avoir à l’esprit que lorsqu’il n’aura plus rien à se mettre sous la dent, il va te manger». Il n’est donc pas exclu que d’autres pro-Soro, chanceux comme lui, rejoignent dans les jours à venir, le directeur du protocole du président de l’assemblée nationale à la maison d’arrêt et de correction d’abidjan (maca). C’est ce que laisse entrevoir la déclaration du procureur de la Ré- publique, qui a précédé la mise sous mandat de dépôt de Soul to Soul. Tout porte donc à croire que c’est le début de la tempête qui va s’abattre sur Soro et ses amis pendant que les Ivoiriens eux, ont toujours leurs yeux tournés vers la CPI. Car au moment où Ouattara et eux, fi- laient le parfait amour, les Ivoiriens pleuraient.