Selon une étude de l'université du Texas, les femmes seront plus ou moins partageuses selon la période de leur cycle... et selon qu'elles font face à un homme ou à une rivale potentielle.

On savait déjà que la période d'ovulation modifie le comportement des femmes, en particulier vis-à-vis des hommes mais aussi des vêtements, de la nourriture ou de la politique. Plus étonnant, une étude menée à l'université du Texas vient de montrer qu'elle modifie aussi, et nettement, leurs réactions face aux questions financières (publiée dans le Journal of Marketing Research).

Ainsi, les chercheurs ont testé des femmes en période d'ovulation et d'autres qui ne l'étaient pas. Premier test (le jeu du dictateur): on leur dit qu'elles disposent d'une certaine somme d'argent qu'elles doivent partager avec une autre femme. Les «non-ovulantes» font 50-50, tandis que les autres gardent plus pour elles.

Statut social
Dans un deuxième test, on propose un choix aux femmes: soit, option A, elles peuvent avoir une voiture à 25.000 dollars et une autre femme en aura une à 40.000, soit, option B, elles peuvent avoir une voiture à 20.000 dollars et l'autre en aura une à seulement 12.000. Les «ovulantes» choisissent plus que les autres l'option B, leur donnant un statut social «supérieur» aux autres.

Un autre effet est marqué dans le jeu du dictateur lorsque l'on dit aux femmes qu'elles doivent partager avec un homme. Les femmes hors de la période de fertilité donnent en moyenne 45% de la somme à l'homme tandis que les «ovulantes» lui en donnent 60 %. Pendant sa semaine mensuelle de fertilité, une femme serait donc plus encline à être avare avec une autre femme et plus gentille avec un homme. «Peut-être y a-t-il là une sorte de tendance inconsciente au flirt chez une femme en période d'ovulation», conclut le Pr Kristina Durante, l'un des auteurs de l'étude.
Source : lefigaro.fr