La quasitotalité des témoignages de la défense ont été bâtis sur du faux

La quasitotalité des témoignages de la défense ont été bâtis sur du faux

fatou bensouda, procureure de la Cour pénale internationale (CPI), a informé la Chambre de Première Instance I de son intention de retirer da la liste de ses témoins, le témoin P- 0129. Pour la simple raison, explique-t-elle dans la lettre adressée aux juges le 18 avril 2018, que le bureau de «l’Accusation n’a pas obtenu la déclaration du témoin P- 0129 au titre de l’article 68 (2) (b), puisqu’elle n’a pas été en mesure de localiser le témoin malgré de nombreuses tentatives pour le faire».

 

Alors, souligne bensouda, «comme il ne semble pas possible de contacter le témoin P-0129, l’Accusation notifie également à la Chambre le retrait du témoin P- 0129 de sa liste de témoins, ainsi que tous les éléments en lien avec le témoin P-0129 qui ne seront pas utilisés dans son action». Pour être plus précise sur ces élé- ments en lien avec P-0129, fatou bensouda précise écrit : «Le Bureau du Procureur ne s’appuiera pas sur le témoignage du témoin expert P- 0410 en ce qui concerne le témoin P-0129 ou sur tout document présenté lors de l’interrogatoire du témoin P- 0410 dans la mesure où ces documents sont liés au té- moin P-0129». résumons : la procureure gambienne de la CPI déclare que le témoin P-0129 a disparu dans la nature. or, à partir des déclarations de ce témoin devenu introuvable après qu’il a parlé aux enquêteurs, bensouda a fait té- moigner l’expert P-0410 pour confirmer les propos du fantôme. du coup, sauf erreur de notre part, en retirant le témoin fantôme P-0129, elle se déclare obligée aussi de retirer le témoin P-0410 qui a déposé sur la foi des déclarations du fantôme. Question, qui est-il donc, ce témoins P- 0410 que bensouda laisse tomber en même temps que le fantôme ? Qu’a-t-il déclaré ce témoin P-0410 lors de son passage devant la Chambre de Première Instance I. Les archives des témoignages rapportés par La Voie Originale fait ressortir que «le témoin expert P- 0410» appelé par bensouda est, en vérité, le 73ème témoin à charge. C’est un médecin légiste belge entendu les 6 et 7 décembre 2017.

 

Il s’appelle dr. frederick bombled. Pendant son interrogatoire par le bureau de la procureure sur son travail qui a porté, selon lui, sur «une douzaine de personnes re- çues», bombled a fait des ré- vélations selon lesquelles, contrairement aux accusations, les blessures déclarées et examinées sur les victimes ne proviennent pas d’éclats d’obus. Il a affirmé aussi qu’une des blessures attribuées à des éclats d’obus contenaient plutôt une balle bien visible (voir l’encadré : L’expert déclare de faux rapports). mais c’est pendant son contre-interrogatoire par les avocats de gbagbo et blé goudé que dr. bombled fera les plus graves révélations.

 

on dé- couvrira avec lui que «les examens médicaux légaux ont été pratiqués dans des chambres d’hôtel» et que «certaines radiographies relatives aux blessures survenues en avril 2011 datent, en vérité, de juillet 20018». en un mot, ces radios ont été réalisées trois ans avant les blessures causées, non pas par obus, mais par balles ! de toute évidence, c’est à cette mascarade que fatou bensouda vient de renoncer en profitant de ce que le té- moin P-0129 s’est fait la belle et que l’expert P-0410, le lé- giste bombled, a travaillé sur les fausses déclarations d’un témoin fantôme. du coup, si cela est avéré, ce sont plutôt deux témoins que bensouda abandonne (P-0129 et P- 0410). du coup aussi, elle abandonne l’expertise des blessures de 12 prétendues victimes entendues et examinées par le médecin légiste belge, dr. frederick bombkled, alias P-0410. La CPI est vraiment dans l’indignité avec ce procès aux forceps contre le président Laurent Gbagbo.