Pauvreté vécue dans les familles ivoiriennes

Pauvreté vécue dans les familles ivoiriennes

Elles sont nombreuses, trop nombreuses, ces populations ivoiriennes qui vivent dans la pauvreté, la misère, l’extrême misère. ici, en Côte d’ivoire, pays que l’on proclame économiquement fort et en pleine croissance, et dont le chef de l’etat promet l’émergence à l’horizon 2020. Ces populations ivoiriennes, économiquement vulnérables, nous les avons rencontrées dans leurs nouveaux refuges. Au fil des rencontres, nous avons constaté à quel point il peut être difficile de supporter une situation de vie engendrée par la mé- chanceté, l’hypocrisie, le mépris.

 

Nous avons aussi constaté à quel point il est dif- ficile pour les concernés de s’exprimer sur leur situation, sur ce qu’ils trouvent injuste ou sur ce qui leur manque, sans évoquer les attitudes psychédéliques d’un régime qui refuse de placer l’homme au cœur de ses actions. De ces contacts, ce qui est à retenir, c’est que quasiment personne n’attend grand- chose, voire plus rien du tout, de la politique sociale du gouvernement ouattara. Chacun est convaincu que ce régime ne peut restaurer sa dignité perdue par la faute d’une politique qui écrase les pauvres, les plus faibles, ces «indésirables» de la société. Ces témoignages d’extrême pauvreté, celle que l’on voit, mais aussi celle qui reste cachée par fierté. Leur situation est vécue d’autant plus violemment que leur misère s’intègre dans une société où dans des discours officiels l’on ne fait que nous dire que «les niveaux de vie moyens sont très élevés, que la part consacrée aux pro-pauvres dans le budget national ne fait qu’accroitre d’année en année, que les conditions de logement se sont améliorées et où l’accès à la consommation s’est largement diffusé». Le visage hideux de l’inégalité sociale dans la Côte d’ivoire d’Alassane ouattara.