Généviève Bro Grébé, la président des Femmes Patriotes, a été reçue le vendredi 29 juin 2018 par le président Laurent Gbagbo, dans sa cellule d’otage de la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye au Pays-Bas. A sa sortie de cette audience, la dame de fer de la lutte pour la souveraineté de son pays s’est adressé à la presse pour diffuser le message de l’apaisement et de la paix que les détracteurs de l’ancien président ivoirien refusent d’écouter : « Le président Laurent Gbagbo demande à tous les Ivoiriens d’abandonner tout esprit de revanche ! Pour lui, la seule revanche à prendre, c’est d’œuvrer à la réussite de notre pays dans l’unité et dans la paix. De cette réussite émanera celle de toute la sous-région ouest africaine », rapporte Bro Grébé, à la joie de ceux qui ont toujours refusé de regarder et d’écouter Laurent Gbagbo tel qu’il est et agit, c’est-à- dire comme un homme de paix et de conciliation.

 

Ces mots de Bro Grébé sont devenus importants parce que les ennemis du père de la Démocratie multi-partisane en Côte d’Ivoire ont oublié, dans leur quête armée du pouvoir, que Laurent Gbagbo n’a jamais nourri aucune revanche pour ses concitoyens, fussent-ils des adversaires politiques. Parvenu au pouvoir, alors que de 1971 à l’an 2000, il a été fait prisonnier et humilié au moins quatre fois, Laurent Gbagbo a fait revenir Bédié et Ouattara d’exil. Ses deux pourfendeurs s’étaient chaleureusement félicités d’avoir attenté à sa vie et d’avoir réussi à le mettre en prison, le 18 fé- vrier 1992. Ils ont oublié que Laurent Gbagbo est le seul président au monde à avoir accepté dans son gouvernement des rebelles venus le tuer. Bien sûr, renversé, humilié et déporté à la CPI, ceux qui ne le connaissaient pas croyaient que l’homme aurait changé.

Que non ! Ils ont dû écouter Bro Grébé avec beaucoup d’intérêt. C’est justement pour cette vision que les Ivoiriens continuent de se bousculer à la CPI pour le voir et le soutenir. Par exemple, annoncée depuis belle lurette mais démentie à l’époque, les réseaux sociaux ont révélé, le vendredi 27 juillet dernier, que la visite du ministre Jean Louis Billon, jeune cadre in- fluent du PDCI-RDA d’Henri Konan Bédié, a eu lieu à la CPI.

Certaines informations rapportent que Billon n’a rencontré que Charles Blé Goudé, vu qu’il s’est rendu à la CPI en compagnie du député indépendant de Facobly, ami de Blé Goudé. Mais Jean Louis Billon peut-il voir Blé Goudé sans rencontrer Laurent Gbagbo à la CPI ?

Quoi qu’il en soit, les Ivoiriens continuent de se bousculer au soutien du président Gbagbo pour parler de réconciliation, de paix là où ses successeurs ont enfoncé le pays dans les pillages, vols, violences, procès idiots et division des Ivoiriens.