La bataille engagée contre le président de l'assemblée nationale entre dans une phase décisive. Décidé d’abattre au plus vite celui qui est considéré comme l’ennemi le plus dangereux pour son troisième mandat, le clan Ouattara s’active par tous les moyens pour empêcher une éventuelle candidature de Guillaume Soro en 2020. 

  

Toujours dans la tentative d’abattre Soro, les pontes proches du président Ouattara supputent sur le cas du lieutenant Colonel Wattao. On lui attribuerait une supposée conversation téléphonique dans laquelle il aurait explicitement demandé l’élimination du ministre de la Défense Hamed Bakayoko. 

 

L’arrestation prochaine de Wattao serait, comme le confirment plusieurs sources de premier plan, à l’étude sur la table du chef suprême des armées. Nous avons essayé de joindre sans succès le colonel Wattao. Mais aux dires de ses proches, çà serait une énième machination. 

 

Quant au diplomate Ousmane Touré proche parmi les proches du président de l'Assemblée nationale il a été brutalement rappelé de son poste à l’ambassade de CI en France, pour cause d’activisme dit-on. 

 

Le hic c’est que M. Ousmane a été rappelé par une note signée des mains du ministre Amon Tanoh Marcel (ce qui est inhabituel) et montre combien ce dossier est hautement politique. Cette manipulation est l’œuvre d’une des filles du Kabadougou qui se réjouit d’avoir réussi à évincer le diplomate. 

 

Enfin un jeune étudiant de la Fesci arrêté et entendu au 16eArr d’Abidjan aurait déclaré qu’il serait serein malgré les intimidations parce qu’il serait convaincu que Soro sera président. 

 

Ceci a été jugé suffisamment incriminatoire pour le président de l’assemblée nationale au point que ces dites déclarations ont été transmises au ministre de La Défense pour traitement en urgence.

 

source http://koa.com/m/cote-divoire-bataille-engagee-contre-soro-entre-dans-phase-decisive-119466-i.html