Depuis que la coalition Eds s’est prononcée en faveur d’un boycott de la révision de la liste électorale, des voix s’élèvent au sein même de la galaxie Gbagbo pour dénoncer ce qui est considéré par des analystes comme un boycott de trop. Le Fpi de Sangaré qui soutient Eds dans cette option est entrée en campagne à travers des contrées du pays pour prôner le boycott de l’inscription sur la liste électorale. Cette décision, si elle est adoubée par la direction du parti, ne fait pas pour autant l’unanimité au niveau de la base. Sur les réseaux sociaux, le débat est très animé et beaucoup estiment que cette stratégie est mauvaise. Récemment au cours d’une intervention à Paris, le président de l’Ung, Stéphane Kipré, membre de la coalition Eds, a invité de façon subtile les pro-Gbagbo à ‘’remplir les listes électorales’’.

 

Cette fois, le Fpi et Eds sont dans un quasi-isolement car des alliés comme l’Urd de Danièle Boni Claverie et Lider de Mamadou Koulibaly ont pris le contre-pied du Fpi-Eds en invitant leurs militants et les nouveaux majeurs à s’inscrire massivement sur les listes électorales afin de sanctionner la gouvernance Ouattara.

 

Face à un tel imbroglio, le Fpi de Sangaré donne une conférence de presse ce mercredi pour, dit-il, livrer sa ‘’position sur la révision de la liste électorale par la CEI décriée’’. Il en profitera pour se prononcer également sur un probable 3e mandat d’Alassane Ouattara. Un exercice de communication quelque peu risqué d’autant plus qu’il intervient au moment où les responsables du parti se sont déjà mis en mission avec des messages qui vont dans tous les sens. Cette conférence vient-elle pour rectifier le tir ?

 

 

autre presse