Me Claver N'dry, avocat de Blé Goudé a ''dynamité'' l'argumentaire de la procureure Fatou Bensouda et des envoyés de l'État de Côte d'Ivoire qui souhaitent le maintien en détention des leaders ivoiriens acquittés, ce jeudi 6 février 2020, au cours de l'audience qui se tient à la Cour pénal internationale (Cpi).

 

L'avocat de Charles Blé Goudé a répondu à l'accusation qui soutient sa requête par la nécessaire protection des victimes et des témoins. « Sur ce point nous faisons observer que la majorité des témoins qui sont arrivés ici et qui ont déposé, dans cette salle vivent en Côte d'Ivoire. Et ces témoins après avoir déposés ici sont retournés en Côte d'Ivoire et aucun de ces témoins n'a fait l'objet de pression de qui que ce soit. De telle sorte que venir ici dans cette salle pour avancer l'hypothèse d'une menace chimérique qui pèserait sur des témoins, si une personne acquittée jouissait de sa liberté, pour nous ce sont des arguments qui ne tiennent pas », a indiqué Me Claver N'dry.

 

Par ailleurs, pour l'un des avocats de de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, «  la seule issue logique c'est d'abandonner toutes les conditions restrictives contre Gbagbo ».

 

Rappelons que Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, poursuivis pour crime contre l'humanité par la procureure Fatou Bensouda, ont été acquittés en janvier 2019.

 

Mais, le 1er février 2019, la Chambre d'appel a imposé des conditions à la mise en liberté suite à leur acquittement de M. Gbagbo et M. Blé Goudé, dans un État disposé à les accepter sur son territoire et désireux et apte à faire respecter les conditions fixées par la Chambre.

 

Leurs avocats réclament la levée de ces restrictions en attendant le procès en appel.