Côte d’Ivoire – Elections Régionales et municipales – Tous les moyens sont bons pour obtenir le saint Graal à la faveur des élections locales du 13 octobre prochain. Au Plateau Fabrice Sawegnon n’a pas refusé de payer des factures d’électricité de certains foyers.

 

A Adjamé le candidat du RHDP Soumahoro Farik a loué un engin Caterpillar pour rendre accessibles certains quartiers. Certains des envoyés de ce dernier ont demandé aux populations de ne plus donner de l’argent aux pré-collecteurs d’ordures ménagères pour qu’elles débarrassent leur ordure, ce montant étant déjà inclus dans les factures.

 

 

 

Quel civisme ! Ils se sont même faits forts de rendre régulier le passage du camion d’ordures ménagères. Le maire sortant de Bingerville s’est quant à lui rendu au sein de l’Eglise des Assemblées de Dieu pour faire davantage de promesses. Comme si Dieu allait intervenir pour le rendre maire à tout prix ! Point n’est besoin de dire que toute la République s’est rendue à Abobo à coup de centaines de millions pour que le ministre de la Défense soit le nouveau maire de ce quartier qui devient soudainement le plus important de ces élections le temps de ce 13 octobre.

 

La hache de guerre semble déterrée à Port entre Siandou Fofana et le candidat du PDCI Dr Emmou qui accuse son challenger de louer et de garder les places de rassemblement de la commune pour empêcher ses adversaires d’y avoir accès. Quelques candidats ont dans leur ingéniosité préféré battre campagne avec les moyens de l’Etat, au et au su de la CEI ? Demandez au maire sortant de Dimbokro, si cette assertion est vérifiée !

 

Patrick Achi dans son élan de rempiler au conseil régional de la Mé, se présente sur sa page officielle en train de tresser une demoiselle, au marché d’Adzopé. Quelle dextérité ! De plus ingénieux maires aspirants ont décidé de surfer avec les droits de la troisième génération, notamment l’écologie : Jean Marc Gauze à Cocody, Ehouo au Plateau, et Kablan Dominique qui à Adiaké promet sauvegarder la mangrove sur le front lagunaire. On ne pourra faire le tour de tous les candidats et toutes les chapelles présentes à ces joutes électorales. Autant donc dire avec docteur Famoussa Coulibaly l’enfant terrible de Divo, que «je réponds à l’appel de mes parents ». Bravo chers candidats, l’on espère qu’une fois élus, les populations ne seront pas vos souffre-douleurs !