Alors que le ministre en charge de la défense, Alain Richard Donwahi est attendu ce samedi 7 janvier à Bouaké où il doit rencontrer les soldats qui se sont mutinés, des militaires du camp d’Akouédo à Abidjan ont effectué des tirs et bloqué la voie menant la ville de Bingerville.

 

"Devant le camp d’Akouédo, des militaires visiblement excités ont érigé un barrage"a déclaré un témoin joint au téléphone.

 

selon plusieurs riverains, des coups de feu ont été entendus en provenance du nouveau camp militaire à Akouédo. 

 

« Ce sont des tirs sporadiques.Il y a des espaces entre tirs, mais ils se rapprochent de plus en plus », nous a confirmé un habitant de la Riviera Palmeraie contacté via internet. "Les tirs sont entendus à l'intérieur du camp. Dehors, la circulation est normale", ajoute un autre informateur

Plusieurs sources confirment également qu’aucun véhicule ne peut entrer et sortir de Bingerville. Après Bouaké, Korhogo, Daloa, Odienné, Daoukro et Man, Abidjan, la capitale ivoirienne est secouée par la grogne des soldats ivoirien qui revendiquent l’amélioration de leur condition de vie et le payement de leur prime.

 

Dans la nuit du 5 au 6 janvier à Bouaké, au centre du pays des mutins ses sont emparés de plusieurs lieux stratégiques de la ville. La grogne à gagné au fil du temps plusieurs ville de l’intérieur du pays. Du coté du gouvernement un conseil des ministres est prévu ce samedi 7 janvier en fin de journée pour évaluer et tenter de résoudre la crise.