video a voir absolument

video a voir absolument

Suite à l’interview d’Henri Konan Bédié au quotidien Le Nouveau Réveil, Alassane Ouattara n’a pas manqué d’exprimer sa colère contre le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). En fait, le «sphinx de Daoukro» l’accuse d’avoir brisé leur alliance.  

 

On le sait, Henri Konan Bédié (HKB) et Alassane Ouattara ne sont plus en de bons termes. Elle est bien loin l’époque où les deux hommes se juraient fidélité au sein de l’alliance RHDP (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix). Le PDCI a quitté la coalition qui a porté l’actuel président ivoirien au pouvoir.

 

Si certains ont pensé que la rupture entre Alassane Ouattara et son «frère aîné» de courte durée, ils se sont vite rendu compte qu'elle est définitivement consommée. La récente interview du chef de file du PDCI l’a bien démontré.

 

Bédié s’est résolument engagé dans la création d’une nouvelle plateforme politique. «Les négociations se poursuivent et avancent normalement. Nous avons été retardés par les décès successifs que nous avons eus dans différentes branches de nos futurs alliés. Bientôt verra le jour la plateforme des partis politiques qui partagent la même vision d'une Côte d'Ivoire réconciliée, une Côte d'Ivoire Etat de droit et de paix», a-t-il confié à Le Nouveau Réveil.

 

Au cours de l’interview, HKB a notamment accusé son allié d’hier d’être à la base de la rupture de leur alliance par la création du parti unifié. De plus, au sujet du diner à Paris entre Mme Bédié et la Première dame ivoirienne, le président du PDCI le qualifie de «banal». Il n’en fallait pas plus pour susciter la colère d’Alassane Ouattara. Selon Jeune Afrique dans sa parution du 2 au 8 décembre 2018, lors d’un rencontre avec des proches, le chef de l’Etat a ouvertement exprimé sa colère. Il a aussi avancé que l’attitude de Bédié n’est «pas sage». Le président d’honneur du Rassemblement des républicains (RDR) a estimé que c’est un  «manque de respect» que son «frère aîné » traite de «banal» le déjeuner de leurs épouses à Paris.