Initialement prévue ce lundi, l'opération de déguerpissement des populations installées sur les emprises de la zone aéroportuaire d'Abidjan, a été reportée de «quelques jours », a appris APA lundi sur place dans la capitale économique de bonnes sources.

Selon ces sources, une déclaration du préfet d’Abidjan est attendue dans ce sens.


Cette opération de déguerpissement vise à créer autour de l'aéroport Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan, un « périmètre de sécurité» qui s'étendra sur 200 mètres.


Ce déguerpissement qui devrait se fera en plusieurs phases dont la première devrait commencer. Un délai de 45 jours à partir de ce lundi 20 janvier a été accordé aux populations de se relocaliser afin de permettre la réalisation de la deuxième phase de ce déguerpissement.
Cependant, les établissements scolaires implantés sur cet espace resteront en place jusqu'à la fin de l'année scolaire. Les 3700 hectares qui constituent l'aérocité ont fait l’objet de déclaration de domaine public.
Ce déguerpissement partira de la « zone Aéro-canal jusqu'à Kamboukro », ainsi que de la clôture de l'aéroport de 200 mètres qui seront réduits à 50 mètres du côté d'Adjouffou où une forte densité de la population est observée. De son côté Emmou Sylvestre, le maire de la commune de Port-Boüet (Sud d'Abidjan) qui abrite l'aéroport d'Abidjan a souhaité des « mesures assouplissantes» dans la mise en oeuvre de cette mesure, estimant que l'opération devrait toucher des populations à faibles revenus économiques.
La décision de libérer les emprises de la zone aéroportuaire d'Abidjan a été annoncée par Amadou Koné, le ministre ivoirien des transports après la mort d'un adolescent de 14 ans dont le corps sans vie avait été retrouvé le 07 janvier dernier dans le train d'atterrissage d'un vol d'Air-France reliant Abidjan à Paris.