UNG Royaume-Uni / Déjeuner-Débat : « L’UNG face au défi de la Réconciliation et aux problèmes de la 3ème République »

 

Le dimanche 21 mai 2017, a eu lieu un Déjeuner-Débat à l’Hôtel Novotel de Blackfrairs au Sud de Londres autour du thème : « L’UNG face au défi de la Réconciliation et aux problèmes de la 3ème République ». Ouverte à toute et la Communauté ivoirienne au Royaume-Uni, cette rencontre d’échange, d’écoute et de partage convivial autour d’un repas était animé par M. Stéphane Kipré, Président de l’Union des nouvelles générations (UNG). Pour l’occasion, Stéphane Kipré était entouré du Professeur Koudou Kessié Raymond, ancien Ambassadeur de la Côte d’Ivoire en France, au Portugal, en Israël et en Turquie ; et de M. Bernard Houdin, Conseiller du Président Laurent Gbagbo.

 

Cette rencontre organisée par la Délégation générale de l’UNG au Royaume-Uni, s’inscrit de façon générale dans le cadre de la volonté de la direction du parti à être plus proche de ses militants et sympathisants, de chaque Ivoirienne et Ivoirien à travers des échanges directs (déjeuner-débats, dîner-débats, conférences de presse…) ; et plus particulièrement d’une mobilisation en prélude aux très prochaines grandes manifestations marquant le dixième anniversaire du parti dans la capitale du royaume de la Reine Elisabeth II.

 

Dans son adresse de l’« Akwaba » (bienvenue) traditionnel et d’ouverture du Déjeuner-Débat, le Délégué Général de l’UNG au Royaume-Uni, M. Diékouadio Joël, a brièvement rappelé les fondements et piliers de l’ambitieux projet de société « Bâtir la Côte d’Ivoire des Nouvelles Générations » de son parti. Il a aussi fait observer le contexte de la rencontre, à savoir des discussions franches avec le Président Stéphane Kipré et ses invités spéciaux sur les questions de la politique de cohésion nationale, des causes profondes des mutineries à répétions et des mouvements sociaux des fonctionnaires et agents de l’État de Côte d’Ivoire. Avant de présenter le Président Stéphane Kipré, l’animateur du repas-débat, à ses convives, M. Dié a ajouté que son parti politique l’UNG œuvre, depuis sa création il y a dix ans, pour une meilleure Côte d’Ivoire unie et prospère libre et démocratique. « Démocratie acquise sous la houlette du Président Laurent Gbagbo à la suite d’une très longue et pacifique lutte, qu’il nous faut absolument conserver et surtout renforcer. Car notre avenir en dépend » dira le Délégué Général de l’UNG au Royaume-Uni.

 

Après avoir salué et remercié les participants et plus spécialement le Professeur Koudou Kessié et M. Bernard Houdin, Stéphane Kipré a ouvert les échanges. Dans ses propos, il est revenu sur le contexte des discussions qu’il a souhaité sincères et constructives afin de renforcer la mobilisation de la libération du Président Laurent Gbagbo, seul et unique pilier de la Réconciliation et du retour définitif de la Paix en Côte d’Ivoire.

 

Au menu des échanges il y avait :

• en entrées, l’épineuse et honteuse question de la crise de l’agrobusiness ;

• en plats de résistance, la réconciliation et la 3ème République, les mutineries et les mouvements sociaux des fonctionnaires et agents de l’État ;

• en desserts, l’élection présidentielle de 2020 et la mobilisation, l’orientation des luttes pacifiques et démocratiques ;

• en apéritifs et vins de table, un cocktail du Président Laurent Gbagbo datant du 7 août 2011 : « Demeurons toujours mobilisés et confiants. Car jamais un peuple qui lutte pour acquérir sa liberté n’a été vaincu. C’est aussi une vérité historique. »

 

Concernant l’affaire agrobusiness qui défraie les chroniques en Côte d’Ivoire depuis bientôt un an, Stéphane Kipré, Président de l’UNG, partant des faits qu’il n’y a pas eu de plaintes des souscripteurs et que les sociétés opérant dans ce secteur n’ont pas été mises sous administration provisoire, pense que l’État a tout simplement décidé de s’immiscer dans la gestion de sociétés qui n’ont aucun problème.

 

 

 

Pour le Président de l’UNG, la réconciliation dont parle le chef de l’État, Alassane Ouattara et du Rassemblement des Républicains (RDR) est juste un slogan politique et un leurre. En outre, « L’UNG propose un dialogue politique inclusif avec la participation effective des politiques et de la société civile, des militaires et des syndicats. À la sortie d’un tel dialogue politique inclusif, les résolutions qui y seront prises engageront ainsi toutes les parties et serviront de feuille de route pour la réconciliation. Nous avons besoin de la réconciliation pour la libération de nos camarades prisonniers politiques et du retour au pays des exilés politiques. Nous avons aussi et surtout besoin de la réconciliation pour libérer Alassane Ouattara qui est pris en otage par des Mutins, des Démobilisés et d’une guéguerre dans sa famille politique. » a ajouté Stéphane Kipré, qui a par ailleurs indiqué que la véritable réconciliation des peuples de Côte d’Ivoire ne sera jamais possible tant que le Président Laurent Gbagbo n’est pas libéré de la prison de La Haye.

 

M. Kipré a aussi indiqué que c’est seulement après une véritable réconciliation telle que proposée par l’UNG, la libération des prisonniers politiques et le retour de tous les exilés, que le référendum qui a vu la naissance de la présente 3ème République devrait avoir lieu pour lui donner tout son sens. Mais malheureusement, dans un souci de régler des problèmes que lui pose sa succession, M. Alassane Ouattara a appelé le peuple ivoirien à aller à référendum pour le changement de la Constitution. « Le changement de la Constitution de 2000 n’est pas un mauvais projet mais ceux sont les conditions de crise dans lesquelles se trouve le pays qui posent problèmes. Pour ma part, je pensais que les élections présidentielles 2010 devraient nous permettre de définitivement mettre fin à la longue et pénible crise militaro-politique qui a commencé en septembre 2002. Ainsi, une nouvelle Constitution nous aurait permis de rentrer dans une nouvelle ère, une 3ème République avec tous les peuples de Côte d’Ivoire réconciliés. Les conditions n’étant donc pas réunies, nos alliés politiques au sein du Front du refus et nous-mêmes avions donc appelé au boycott du référendum du dimanche 30 octobre 2016. » a-t-il précisé.

 

Répondant à une question sur le chapitre des dernières mutineries Stéphane Kipré dira : « L’UNG que je dirige condamne toute revendication par les armes et la violence et particulièrement les mutineries qui ont fait tout arrêté dans notre pays pendant 4 à 5 jours. Cependant, nous demandons au gouvernement de Ouattara de ne pas ruser avec les Mutins mais de leur tenir un langage de vérité même si nous savons désormais que c’est leur part du butin de la guerre qu’ils lui réclament. Car des mutineries mal réglées pourraient occasionner plus de problèmes. Parce qu’après les 8400 Mutins, les Forces spéciales, les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) et les Démobilisés pourraient eux aussi revendiquer leur part du butin. »

 

Au cours des échanges très enrichissants autour du « drunch » (dinner et lunch), le Professeur Koudou Kessié, diplomate, syndicaliste et très excellent pédagogue est très souvent intervenu pour développer certaines actions politiques du Président Laurent Gbagbo avec des exemples à l’appui ; et surtout pour des explications fabuleuses des termes motivation et mobilisation, marches pacifiques et démocratie, liberté et diplomatie. Par ailleurs, il a révélé que Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), nouvelle collision composée de quatre partis politiques, le Rassemblement pour la paix (RPP), l’Alliance ivoirienne pour la République et la démocratie (AIRD), l’Union des nouvelles générations (UNG) et le Front populaire ivoirien (FPI) tendance Aboudramane Sangaré et de plusieurs organisations, ira aux élections présidentielles de 2020 avec le Président Laurent Gbagbo comme notre candidat. C’est pourquoi, dira-t-il, abreuvons-nous du cocktail du Président Laurent Gbagbo et je cite : « Demeurons toujours mobilisés et confiants. Car jamais un peuple qui lutte pour acquérir sa liberté n’a été vaincu. C’est aussi une vérité historique. ».

 

Dans ses mots pour la fin du Déjeuner-Débat, Stéphane Kipré a invité tous ceux qui se réclament du Président Laurent Gbagbo à la cohésion, et plus particulièrement à ne pas créer et alimenter des polémiques. « Les polémiques n’ont jamais fait avancer un combat politique et idéologique. Il nous faut donc sortir des sentiers des injures et de la polémique et concentrons-nous sur la lutte pour la libération du Président Laurent Gbagbo. Pour qu’en 2020, comme l’a dit précédemment le Professeur Koudou Kessié, nous arrachons le pouvoir à Alassane Ouattara et au RDR. » insista le Président de l’UNG.

 

Simplice Ongui