Akossi Bendjo, cadre du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), en exil en France, est apparu très critique à l’encontre du président Alassane Ouattara, à la tête de l’État ivoirien depuis la fin de la crise postélectorale de 2010-2011.

Depuis Paris, Akossi Bendjo met à nu “l’autocratie” du régime Ouattara

Noël Akossi Bendjo est de plus en plus critique sur le mode de gouvernance du Président Alassane Ouattara. Invité de Sud Radio, le week-end dernier, dans le cadre de l’émission « On décrypte le monde », l’ancien maire du Plateau a qualifié l’actuel chef de l’État de «dictateur ». Pis, il n’a pas hésité à comparer Alassane Ouattara à Mobutu Sese Seko, l’ex-dictateur congolais qui aura régné durant près de 30 années sur l’ex-Zaïre.

«Nous avons tous pensé que compte tenu de son profil, de son parcours à la Banque mondiale, il serait un démocrate surtout quand on a vécu aux USA. Malheureusement ce monsieur n’est pas loin de Mobutu », a lâché Akossi Bendjo. Qui en veut pour preuves le «recul de tous les acquis démocratiques », la «caporalisation des médias d’Etat » et « l’instrumentalisation de l’ensemble des institutions au profit d’un homme et de son clan ».

Noël Akossi Bendjo estime qu’il est temps pour l’ensemble des populations ivoiriennes de mettre fin par les urnes à “l’autocratie” de l’actuel parti au pouvoir. «C’est quelque chose pour lequel nous nous battons et nous espérons que le plus tôt possible, les Ivoiriens vont se débarrasser de ce dictateur», a-t-il laissé entendre.

Secrétaire exécutif chargé de l’Organisation et de la Mobilisation du PDCI-RDA, Noël Akossi Bendjo est sous le coup d’un mandat d’arrêt international, en plus d’avoir été condamné par contumace en juillet 2019 à 20 ans de prison et 10 milliards de FCFA d’amende pour «détournement de deniers publics ».''''