Le parti fondé par le Président Laurent Gbagbo ne veut aucunement se laisser distraire par les manoeuvres du régime Ouattara qui s’accroche, désespérément encore, à une CEI illégale, discréditée

et disqualifiée pour organiser des élections justes en Côte d’Ivoire. Derrière la patience dont font preuve le président

Abou Drahamane Sangaré et ses camarades qui continuent d’inviter «encore une fois, le régime Ouattara à ouvrir, sans délai, le dialogue avec tous les acteurs sociaux et politiques concernés par la

question électorale, pour la paix et la cohésion

sociale en Côte d’ivoire», ils se préparent aussi à de grandes actions populaires contre la CEI.

 

Selon nos informations, si Ouattara et son régime n’ouvrent pas le dialogue, l’on assistera bientôt à une campagne d’explication

et de sensibilisation, en vue de sonner ce rassemblement pour exiger et

obtenir une CEI consensuelle. A la fin de cette campagne, un grand meeting interviendra pour annoncer la nature et la

forme des manifestations publiques que le parti du président Gbagbo entend organiser pour s’opposer au maintien de

cette CEI discréditée pour conduire le processus électoral.

 

Enfin, pour annoncertout cela une conférence de presse pourrait

être animée dans les prochains jours, voire dans les prochaines heures. D’ores et déjà, les militants et sympathisants du

FPI sont appelés «à se tenir mobilisés et à demeurer prêts pour les mots d’ordre de la Direction du Parti en vue de faire barrage

à cette décision inopportune et dangereuse pour la démocratie», aux termesde la déclaration produite par le Comité

central du FPI, la semaine dernière, sur la

question.

Affaire à suivre.