Arraché à l’affection du peuple ivoirien, le 7 décembre 1993, Félix Houphouët Boigny, premier Président et père fondateur de la Côte d’Ivoire moderne, aurait soufflé ses 109 bougies aujourd'hui samedi.

Plus de 20 ans qu’il s’en est allé pour le repos éternel et pourtant l’homme, à travers son œuvre, fait office d’immortel que le peuple ivoirien dans toute sa composante porte en mémoire et dans le cœur, sans vouloir s’en défaire.


L'anniversaire de son décès fera l'objet de commémoration religieuse et certainement le dépôt d'une gerbe de fleur au caveau familial, à Yamoussoukro.

Grand bâtisseur doublé d’un génie politique Houphouët Boigny avait réussi à faire de son pays, seulement dix années après son indépendance, une oasis de prospérité et un havre de paix attirant autant respect, admiration que convoitises.

Homme de Foi, la paix a notamment constitué le leitmotiv de son action politique. Pour lui en effet l’action politique et l’acte de foi ne faisaient qu’un.

Sa Foi, le premier Président ivoirien l’a aussi manifesté à travers ses œuvres de charité en Côte d’Ivoire mais également à l’extérieur.

Il l’a aussi traduit à travers de nombreux édifices religieux, mosquées, temples, cathédrales et basilique qu’il a bâtis.

L’on retient de l’histoire que Félix Houphouët Boigny est né le 18 octobre 1905 à Yamoussoukro dans une riche famille de chefs coutumiers. C’est à 11 qu’il se convertit au catholicisme.

Médecin, il fonde en 1944, le Syndicat agricole africain (SAA), puis le Parti démocratique de Côte-d’Ivoire (PDCI), et, en octobre 1946, le Rassemblement démocratique africain (RDA) qu’il préside.

Elu aux deux Assemblées constituantes (1945 et 1946), il fit adopter la suppression du travail forcé dans les colonies d’Afrique.

Député de la Côte d’Ivoire jusqu’en 1959, il devient président du Grand Conseil de l’AOF (Afrique occidentale française) de mai 1957 à mai 1958.

Cinq fois ministre du gouvernement français (de février 1956 à juillet 1959), président de l’Assemblée constituante de Côte d’Ivoire (décembre 1958 - mai 1959), il est chef du gouvernement ivoirien de mai 1959 à mars 1960 et ministre conseiller de la Communauté (juillet 1959 - septembre 1960).

Il est élu président de la République de Côte d’Ivoire le 27 novembre 1960, après l’accession à l’indépendance. Réélu de 1965 à 1990, il décède le 7 décembre 1993 à Yamoussoukro.

L'oeuvre politique du bâtisseur de la Côte d'Ivoire moderne se renforce, avec l'annonce, le 17 septembre, à Daoukro, par le président du parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), Henri Konan Bédié de la création d'un parti unifié, PDCI-RDR, le rassemblement des républicains (RDR).

(AIP)