La grande salle de réunion du siège provisoire du Fpi a connu hier une ambiance particulière dans la soirée d’hier. 72 secrétaires généraux de fédération y ont afflué pour demander le retrait de la candidature du président Laurent Gbagbo. Ils sont venus des quatre coins du pays pour plaider pour que Laurent Gbagbo se retire de la compétition s’il était effectivement candidat. Les premiers
responsables du Fpi dans les départements demandent que Laurent Gbagbo se mette au-dessus de la mêlée en appelant à l’unité et la cohésion du parti. La déclaration a été lue par Kouakou Béhibro, fédéral de Tiébissou

 

appel de 72 Secrétaires Généraux de Fédération sur 106 au Président Laurent Gbagbo

 

Monsieur le Président,
Le 04 octobre 2014 à mama, votre village natal, un collectif
de 04 secrétaires généraux de fédération vous à propose
d'être candidat à la présidence du parti au congrès
des 11, 12, 13 et 14 décembre 2014.
Le 25 novembre 2014, à travers un courrier semble-t-il
émanant de vous, vous avez répondu favorablement à
l’appel de mama pour, avezvous dit, « sauvegarder la cohésion au sein du parti ». Cette posture de premier
plan comme acteur et non arbitre dans le fonctionnement
du parti commande d’attirer votre attention sur les graves
conséquences de cet appel et de votre réponse ; deux
choses qui nous amènent à vous interpeller.

I. de L’appel de Mama
depuis que cet appel a été rendu publique, c'est à longueur
de journée que nous assistons dans les bases et au sommet du parti à des batailles rangées entre militants
dits pro-affi mettant dangereusement
à mal la cohésion et l’unité du fPi que vous
souhaitez pourtant dans votre courrier.

II. de VOtre reponse
si le courrier du 25 novembre 2014 est de votre propre initiative, il indiquerait votre parti pris flagrant.
La conséquence d'une telle prise de position est de nature
à fragiliser et à paralyser le fonctionnement du parti.
au regard de tout ce qui précède, nous les 72 secrétaires
généraux de fédération signataires dudit appel à votre
endroit, soucieux comme vous de la survie de notre
parti, tenons à faire des observations.

III. OBServations
au titre des observations, il convient de rappeler qu'une
assemblée générale extraordinaire de la Conférence des
secrétaires généraux de fédération (Cosegef) tenue
ie samedi 1er novembre 2014 au centre culturel gloris
à Yopougon, a dans son communiqué final dénoncé et
condamné l'appel de mama. selon ce communiqué et
nous citons : « cet appel solitaire porte en lui-même les
germes de division et que le phénomène d'intoxication et
de l'instrumentalisation du nom du président gbagbo
sont de nature à créer des clans au sein du parti et à le
fragiliser ». monsieur le Président, nous pensons que vous auriez dû tenir compte de cette position exprimée par la majorité des secrétaires généraux de fédération
du front Populaire ivoirien (fPi).
Par ailleurs, nous observons monsieur ie Président qu'en
acceptant d'être candidat vous-même contre le Camarade
Pascal affi n’guessan votre propre filleul, vous nous
poussez à des interrogations:
- monsieur le Président comment comptez-vous gérer le
parti dans la situation actuelle qui est la vôtre ?
-monsieur le Président,
n'avez-vous pas formé assez de cadres qui puissent valablement diriger le parti ?
nous nous souvenons également  de l'un de vos enseignements majeurs à savoir « demeurez grand quand on l'a  été».
en conclusion, monsieur le Président, nous voudrions
vous demander de vous mettre au-dessus de cette bataille
interne en acceptant de retirer votre candidature au
poste de président du parti et de lancer un appel à tous les
 les militants à l'unité et à la cohésionpour un fPi fort et
conquérant au regard des sillons que vous avez vous
même tracés.
Que dieu vous bénisse, bénisse
la Cote d'ivoire et le
fPi.
Fait à Abidjan, le 03 Décembre
2014