Le Secrétaire exécutif du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, ex-parti unique), Maurice Kacou Guikahué, a déclaré, jeudi, à Abidjan que son parti n’a jamais « soutenu », l’ex-rébellion ivoirienne des Forces nouvelles, née en septembre 2002 après le coup d’Etat manqué contre le régime de Laurent Gbagbo.

« Le PDCI-RDA n'a jamais soutenu la rébellion », a estimé Maurice Kacou Guikahué, invité du « Fauteuil blanc », une tribune du quotidien Le Nouveau Réveil, proche du PDCI.

Le PDCI, le Rassemblement des républicains (RDR), l'Union pour la démocratie et la paix en Côte d'Ivoire (UDPCI), le Mouvement des forces d'avenir (MFA) et les trois ex-mouvements rebelles qu'étaient le Mouvement patriotique de Côte d'Ivoire (MPCI), le Mouvement populaire ivoirien du grand ouest (MPIGO) et le Mouvement pour la justice et la paix (MJP) ont créé après l'accord de Linas Marcoussis signé en janvier 2003 en France, le « G7 » pour faire face au régime de Laurent Gbagbo.

Parlant du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), Maurice Kacou Guikahué a indiqué que cette coalition qui regroupe le PDCI, le RDR, l'UDPCI et le MFA, « ne marche pas bien ».

Pour lui, « il faut des réglages » au sein du RHDP qui a porté Alassane Ouattara au pouvoir à l'issue du second tour de la présidentielle du 28 novembre 2010.

Cette sortie médiatique de M. Guikahué intervient au lendemain d'une rencontre entre le RHDP et Jeannot Kouadio-Ahoussou, ministre d'Etat auprès du Président République par ailleurs, Coordonnateur du Cadre permanent de dialogue (CPD).

Ces échanges ont été consacrés à l'ouverture du débat sur les réformes à faire pour des élections apaisées en 2015. Il s'agit notamment de la révision de l'article 35 de la Constitution portant sur l'éligibilité à l'élection présidentielle et la recomposition de la Commission électorale indépendante (CEI).
Source : APA