Le répondeur automatique des Rodoror, Joël N’Guessan, a encore répondu. Le parti de Séplou,soulagé par la chute de la
base arrière de la rébellion et de la guerre, exige le départ de l’exilé Beau Blaise de la Codivoire. Si Agnès Monnet savait, elle n’allait pas ajouter du piment à la douleur brûlante de Joël N’Guessan.

Car, la chute de Beau Blaise lui fait très, très mal, comme quelqu’un qui est brulé au fer rouge.Tellement très mal qu’il n’apprécie pas du tout que les victimes de Beau Blaise se réjouissent de sa fin honteuse.Alors, il invente des histoires à
dormir debout, comme un unijambiste équilibriste. Quelle sont les vraies histoires à dormir couché ?

D’abord, ce n’est pas le F-Pays qui incite les hommes intègres à se révolter, pas plus qu’il ne pousse à la chienlit d’un chien dans son lit. C’est le coup d’Etat de Blaise suivi de l’assassinat de son frère d’armes Cent Kara en 1987. Ce sont plutôt ses 27 ans de pouvoir, les assassinats d’opposants et de journalistes,son refus de respecter la Constitution de son pays et des autres pays. Ensuite, ce n’est pas le F-Pays qui prospère dans le désordre. Ce sont ceux qui frappent les régimes qui tombent comme des fruits mûrs. Ce sont ceux qui refusent la paix par le recomptage
des voix. Ce sont ceux qui coupent le pays deux par la rébellion,ceux qui déclarent la guerre pour accéder au pouvoir ! Enfin, Joël n’a pas encore fini de pleurer.
N.S. D.