Des jeunes femmes s’affichent de plus en plus à Abidjan dans des vêtements près du corps, qui laissent apparaître leur gros ventre. Mode, laisser-aller ou conséquence d’une certaine hygiène de vie ? Les dessous de ces gros ventres.
L’image est de plus en plus courante dans les rues d’Abidjan. Tel un phénomène de mode. Surtout dans les maquis, bars, night-clubs et lors des concerts. Des jeunes filles habillées en collant, culotte, mini, jeans plaqué, polo, body ou chemisette près du corps, laissant apparaître leur gros ventre, devisent entre elles. Ou avec leurs copains. Certaines sont rapidement défourrées sur la piste de danse et leur bas-ventre exposé à tous les regards. Sans que cela ne les gêne visiblement. «C’est le lot quotidien à Yopougon. Après les lolos et les moutous, ce sont les ventres qui sont maintenant dehors. Ça ne les dérange pas du tout. Elles sont plutôt décomplexées et à l’aise», affirme Paul Mangoua, responsable technique dans un laboratoire pharmaceutique. «Le pire, c’est que non seulement devant, on voit le ventre, mais quand elles s’abaissent, derrière on voit aussi le ras des fesses tatoué, à cause de leurs pantalons taille-basse», ajoute Martine D. Kassi, décoratrice d’intérieur, une habitante de Marcory. Avant de préciser qu’il suffit de faire un tour dans des espaces tels que "Les mille maquis" à Marcory, pour rencontrer des jeunes filles bien sapées, mais au ventre qui déborde à travers leurs vêtements.
Le ventre en évidence dans un accoutrement, serait-il alors en train de devenir un phénomène de mode chez les jeunes filles d’Abidjan ?
«Nous en avons la nette impression, avec ce qu’on voit tous les jours», soutiennent en chœur Betty Sié et Claudine Amani, hôtesses dans un espace gastronomique à la Riviera. Leur collègue Sabine Fofana, justement habillée ainsi, avec un joli petit ventre en exergue dans son polo, renchérit : «J’ai pris du poids depuis mon accouchement, il y a deux ans. Quand je porte des vêtements près du corps à la mode, mon ventre transparaît. Mais bon, je n’y peux rien et puis, ça va avec ma grande taille, parce que je suis élancée».
Et son chéri ne s’en plaint pas. «Donc où est le problème ?», lance-t-elle en rigolant. Et ce d’autant plus que selon Maxime Malan, responsable de la restauration chez Varold, des personnes adorent ce type de jeunes femmes avec un certain embonpoint, même au niveau du ventre. Ce qui encourage Antoinette Aya Tangba, alias Antou La Star, commerçante et gérante de maquis à Abobo, qui est dans le même cas. «Je suis en forme. Je mange bien. Je bois et je me fais plaisir. Je porte ce que je veux. Je n’ai pas de compte à rendre à quelqu’un», dit-elle.
Pour Mélaine Koffi, styliste, le problème c’est que de nombreuses jeunes femmes veulent être tendance, sans adapter les vêtements à leur morphologie. A l’heure du près du corps, l’idéal serait pour elles d’être fines ou bien proportionnées, sans ventre proéminent. Autrement, ça gâte tout sur le plan esthétique.
D’ailleurs, pour Nicolas Ahy, agent au Ministère de la défense, dans nos traditions, un gros ventre n’a jamais été un atout de beauté pour une femme. C’est pour lui éviter cela qu’après des accouchements, les "vieilles" lui donnent des traitements, pour qu’elle conserve son ventre plat. Et on lui recommande de l’"attacher" pendant un moment.
medium;">Malheureusement, au dire de Me Lelou Appolos, entraîneur national de Taekwondo, professeur de sport et Directeur d’"Appolos Sport Academy" à la Riviera-Les Rosiers, la plupart des jeunes filles d’aujourd’hui ignorent ces pratiques anciennes, pour garder le ventre intact. Mais en plus, elles ont une mauvaise hygiène de vie. Elles consomment l’alcool et la cigarette avec excès. Elles mangent tout sans retenue et sans discernement. Alors que certaines ont une propension à grossir. Sans oublier les avortements répétés, aux conséquences imprévisibles au niveau du corps. Conséquence, à 20 ans à peine, on les prendrait pour des femmes de 35 ans. Avec un ventre exagérément gros.
Alors, pour Me Lelou Appolos, appuyé en cela par Dr Konan (médecin), il faut que ces jeunes femmes revoient leur hygiène de vie. Notamment celles exposées à des problèmes vasculaires cardiaques. En se mettant surtout au sport. Quel que soit leur âge, elles auront une belle silhouette, un ventre plat et une bonne santé à la clé. Ce qui, du coup, leur permettra de porter des vêtements près du corps ou de leur choix, avec classe, sans heurter des regards.

Par Eric Cossa
Source

Top Visages