Publié le 05 Août 2020 - Source: Autres Sources

Publié le 05 Août 2020 - Source: Autres Sources

Le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Amadou Soumahoro séjourne en France depuis le 20 juillet 2020. Selon un communiqué de l’Assemblée nationale signé par le secrétaire général de l’institution, Alain Acakpo-Addra, « le président de l’Assemblée nationale, président de l’Assemblée parlementaire de la francophonie se rend en mission à Paris, le 20 juillet 2020. Le président entreprendra d’importantes rencontres en vue de relancer la coopération parlementaire ».

Trois jours après son départ, c’est-à-dire le 23 juillet 2020, Amadou Soumahoro s’est effectivement entretenu avec la secrétaire générale de la francophonie, Louise Mushikiwabo.

Et depuis lors, aucune nouvelle du successeur de Guillaume Soro. Où est passé le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire ? Depuis le 23 juillet, Amadou Soumahoro n’a plus fait signe de vie. Aucune communication sur ses activités relatives à « la relance de la coopération parlementaire ».

Plus de 15 jours qu’Amadou Soumahoro séjourne en France

Toute chose qui inquiète les Ivoiriens. Son absence a été remarquée par plus d’un Ivoirien, le lundi 3 août 2020, à la faveur de la visite des élus et cadres de la région du Woroba au président de la République. Et ce, suite à la nomination de l’un des leurs à la Primature. » Amadou Soumahoro était le grand absent de cette rencontre », fait remarquer un élu du Woroba. C’est le lieu de rappeler que des rumeurs persistantes sur son état de santé avaient circulé sur les réseaux sociaux peu avant son voyage.

« Amadou Soumahoro évacué d’urgence à Paris », avaient écrit certains internautes. D’autres avaient même brandi une autorisation exceptionnelle de la France, en vue de ce voyage. Ils avaient donc déduit qu’il ne se portait pas bien. Du côté de l’Assemblée nationale, nous avons tenté en vain de joindre la conseillère en communication Carmen Obou, en vain. Mieux, elle n’a donné aucune suite au message laissé sur son téléphone portable. Que veut-on cacher aux Ivoiriens ?