La vice-présidente du Fpi chargée de la coordination des actions pour la libération du président Gbagbo, Amon Ago Marthe, s’exprime en exclusivité.

Notre Voie : Mme Amon,vous venez d’être nommée
vice-présidente du Fpi chargée de la coordination
des actions de lutte pour la libération du président Gbagbo. Avezvous des appréhensions?
Amon Ago Marthe : oui et non. oui, parce que face à une nouvelle responsabilité,il y a l’angoisse naturelle des écueils. non, parce que j’ai appris à compter sur dieu qui se glorifie toujours dans ma faiblesse.

N.V : Vous n’ignorez pas que la question Gbagbo suscite beaucoup de passion.Ne craignez-vous pas d’être la cible de ceux qui pourraient vous voir comme une intruse dans
la lutte pour la libération du président Gbagbo?
A.A.M : Je ne pense pas que l’on puisse me voir comme une intruse dans la lutte pour la libération de président Laurent Gbagbo.

N.V : Vous pourriez aussi être la cible du régime au pouvoir qui caresse le secret espoir de voir le président Gbagbo mourir en prison. Comment comptez-vous gérer cette situation?
A.A.M : ma nomination à ce poste ne me sort pas du secrétariat Général du fpi, ni du fpi. c’est la direction du fpi qui va endosser toutes mes actions ; ce n’est pas un travail à titre personnel.

N.V : Avez-vous déjà une idée des premiers actes
que vous allez poser ?
A. A. M : oui! mais c’est celui qui m’a nommée, c’està-dire le président du parti qui en aura la primeur.

propos recueillis par
augustin Kouyo
notre voie du mardi 19 août 2014