Monsieur T Bourahima, maçon de son état, a décidé, le lundi 17 mars dernier, d'arracher le sexe de sa seconde épouse avec une bouteille. Il l'accuse d'entretenir des relations sexuelles avec un jeune étudiant à Adjamé Bracodi. Le quadragénaire a été stoppé net par les voisins qui ont pu retirer, de sa main, l'objet ensanglanté.

Selon les témoignages, recueillis sur place, M. T. Bourahima vivait paisiblement avec ses deux épouses jusqu‛au mois de Novembre 2013. Date à laquelle un jeune étudiant J.K. vient s‛installer dans le quartier. Bel homme, ce nouveau voisin ne laisse donc aucune dame indifférente dans le quartier.

Très souvent, il rend des visites de courtoisie à M. Bourahima avec qui il travaille comme aide maçon. Mieux, la deuxième épouse de Bourahima demande au jeune étudiant de venir partager le repas du soir avec un tesson. C‛est profitant de ses visites que J.K. ravit le cœur de la jeune épouse de son bienfaiteur.

Les deux tourtereaux se fréquentent en cachette pendant des semaines. Mais au mois de février 2014 les rumeurs envahissent le quartier. Bourahima qui en a eu vent, interroge sa femme en privé. Celle-ci nie et soutient entretenir aucune relation intime avec J.K. Le pot aux roses sera cependant découvert le 14 mars dernier.

En effet, Prétextant une maladie de sa génitrice, M.B, la seconde épouse de Bourahima obtient la permission de se rendre dans la ville d‛Anyama au chevet de sa mère malade. Elle et son '‛petit pompier‛‛ se retrouvent alors dans la commune d‛Abobo, où ils passent une inoubliable nuit.

Manque de pot pour elle, l‛hôtel dans lequel ils passent la nuit est situé dans le quartier d‛un proche de Bourahima. Ce dernier l‛avertit. aussitôt, Il appelle sa belle famille tombe des nus. Mme n‛a pas mis les pieds à Anyama.
Le lundi 17 mars dernier, elle décide de revenir à la maison avec un colis de voyage contenant, trois bouteilles de sucreries, de la noix de cola, du pain sucré et des pop cornes. Bourahima qui en avait gros sur le cœur ne s‛en laisse pas conter, passe à tabac sa seconde épouse. Il se saisit d‛une bouteille qu‛il enfonce avec violence dans le sexe de sa femme.

Les cris de détresse de celle-ci, ameutent les voisins. Arrachée, des griffes de son mari, elle a été conduite dans un centre de santé. Bourahima a décidé d‛en découdre également avec '‛le petit pompier‛‛ de sa femme. Au moment où nous quittions les lieux, les voisins essayaient de le ramener à la raison.
Source : Mousso d'Afrique