L’hôpital général d’Adjamé a cristallisé l’attention de plusieurs badauds et de riverains, le vendredi 22 août 2014.

Hier vendredi 22 août 2014, une scène insolite s’est produite à l’hôpital général dans la commune d’Adjamé.
Ce vendredi matin, une femme d’origine Burkinabé a été conduite dans le centre de santé pour des soins. Malheureusement pour elle, cette dernière présentait des symptômes du virus Ebola. Elle faisait une forte fièvre au point où elle grelottait. Malgré les médicaments sa situation ne s’améliore pas. Au contraire, elle s’est empirée.

Comme témoigne un membre de sa famille, « Depuis un mois qu’elle est revenue du Burkina Faso, elle souffre d’un mal qui nous inquiète. Elle a une fièvre constante. Elle a vomi du sang. Cela nous a paniqué et nous sommes à l’hôpital ici pour que les praticiens nous disent exactement ce dont elle souffre ».
Ces symptômes ont aussitôt paniqué le personnel médical. Puisqu’il n’y avait aucun équipement anti-Ebola dans l’hôpital, les médecins, infirmiers et aides-soignants ont aussitôt pris peur.

Certains membres du personnel médical ont préféré écourter leur service. Voyant que l’hôpital se vidait petit à petit, plusieurs agents de l’hôpital dont les infirmiers et les aides-soignants ont pris aussi la poudre d’escampette. Les autres patients, trouvant l’attitude des agents de santé suspects, ont été informés de la nouvelle et ont aussi quitté les locaux pour se mettre en lieu-sûr.
Informé, le ministère de la Santé et de la Lutte contre le Sida a très vite pris au sérieux cette nouvelle. L’Institut pasteur de Côte d’Ivoire a pris des prélèvements de la dame pour faire des analyses approfondies. Espérons que ce cas suspect ne soit pas confirmé !
SOURCE IM
23/08/2014