La vie de Méda Yapo Macaire, président de la coordination COJEP d’Adzopé est en danger. Et avec lui, celle de son vice-président Krikpeu Digbé Armand. Ces deux jeunes leaders de la galaxie patriotique bien connus de tous dans les départements d’Adzopé, Akoupé et Yakassé’Attobrou, selon des informations concordantes, ont échappé de justesse à un enlèvement, le samedi 23 novembre, peu après la tombée de la nuit. Ce jour-là, entre 19h et 20h, selon des témoins, trois individus à bord d’un véhicule banalisé, une Nissan de couleur grise, et un autre roulant à moto prennent d’assaut le quartier Téfadji et font irruption dans une cour qu’ils semblent bien connaitre. Pendant que l’un des individus attend au volant du véhicule, et que l’homme à la moto fait le guet dans la pénombre, les deux autres compagnons se dirigent droit vers l’épouse du président du COJEP qu’ils obligent à leur indiquer ou se trouve un certain Lambert qui serait propriétaire d’une moto blanche et dont l’épouse serait originaire de la sous-préfecture de Bécédi-Brignan. L’attitude peu ordinaire de ces visiteurs a fini par attirer l’attention des habitants de la cour. Qui n’ont pas manqué de mettre la puce à l’oreille au président du COJEP en vue de prendre ses précautions. Et quelques minutes plus tard, à en croire les témoins, un véhicule Pajero de type 4x4 de couleur blanche, gare juste à l’entrée principale de la cour. Bien avant et fort heureusement, Méda Yapo Macaire a réussi à quitter les lieux,  grâce à la vigilance de son vice-président qui était allé lui rendre visite ce jour. Et curieusement, n’ayant pu avoir gain de cause, ces individus mettent le cap la même nuit, quelques 30 minutes après, sur le domicile du jeune vice-président du COJEP ou, selon les mêmes témoins ils ont insisté une fois de plus à rencontrer le président du COJEP. Les réponses bien entendues n’ayant pas été de leur gout, les curieux visiteurs démarrent en trombe et disparaissent dans la nature. Entre temps, les deux jeunes leaders du COJEP, pour sauver leur peau, ont du quitter la ville pour une destination inconnue. Leurs différentes familles troublées ne savent plus  où donner de la tête. Le chef du village d’Adzopé, dit-on, a été saisi de cette affaire ainsi que  le nouveau maire de la commune d’Adzopé  Atsé N’Dé Zepp. Car, au dire des mêmes témoins, le président de la coordination COJEP du département d’Adzopé Méda Yapo Macaire est l’un de ses agents, en sa qualité de collecteurs des recettes municipales. Au moment ou nous mettons sous presse, nous apprenons que les mêmes individus ont été encore aperçus dans la nuit du dimanche 24 à lundi 25 novembre, à 4h du matin, postés dans les ruelles attenantes et à l’entrée principale de la cour qu’habite le président du COJEP, et cette fois, avec en leur compagnie, un ancien soldat des FRCI que des voisins auraient formellement identifié. Devant la gravité de cette situation qui a fini par créer une véritable psychose dans la région, les responsables locaux des mouvements patriotiques comptent saisir officiellement les forces de sécurité et les autorités locales. Qui en veut au président de la coordination COJEP et son vice-président Krikpeu Digbé Armand, dont on est à ce jour sans nouvelle?

Publié le mardi 26 novembre 2013  |  Notre Voie