Importante déclaration à la Nation du RPCI-AC

Le Rassemblement du peuple de Côte d’Ivoire alternative crédible (RPCI-AC) a appris par voie de presse que le célèbre journal français MEDIAPART dans sa parution du 07 novembre 2014 dont voici le lien (http://www.mediapart.fr/journal/international/071114/le-geant-petrolier-gunvor-menace-par-un-scandale-de-corruption-en-cote-divoire), accuse le Ministre d’Etat ministre de l’Intérieur Hamed Bakayoko, d’être au cœur d’un énorme scandale de corruption portant sur la somme astronomique de 400.000$, dans le secteur du pétrole, un domaine qui n’est en principe pas dans ses attributions.

Le Rpci-Ac constate que sous le titre « Le géant pétrolier Gunvor menacé par un scandale de corruption en Côte d'Ivoire », MEDIAPART accuse le ministre Hamed Bakayoko d’être « le principal bénéficiaire de la somme de 400.000$ versés le 14 et le 28 avril 2014 dans un premier temps sur les comptes de la Petro-consulting à Abidjan, puis ensuite reversés in fine dans la poche du ministre Hamed Bakayoko, ministre de l’intérieur et de la sécurité, dont le domaine d’action n’a pourtant officiellement rien à voir avec le pétrole… »
Le RPCI-AC juge ces accusations extrêmement graves, surtout venant d’un journal comme Mediapart dont la réputation ne souffre aucun doute.
Le RPCI-AC juge très insuffisantes les vagues explications du Ministre Hamed Bakayoko qui affirme dans un communiqué transmis à l’agence ivoirienne de presse « être engagé dans la mise en œuvre des principes de bonne gouvernance tels qu’adoptés par le gouvernement ».

En conséquence :
Le RPCI-AC exige que toute la lumière soit faite par le Ministre Hamed Bakayoko sur ces accusations de corruption par MEDIAPART.
Le RPCI-AC somme le Ministre Hamed Bakayoko de s’expliquer publiquement sur ses relations d’affaires avec le géant pétrolier Gunvor et les accusations de corruption de 400.000 $ portées à son encontre.
Le RPCI-AC constate que le Ministre Hamed Bakayoko n’a pas d’autre choix que de porter plainte contre MEDIAPART ou de rendre sa démission, car ce mélange des genres est insupportable et digne d’une République bananière.
Le RPCI-AC se demande ce que peut bien faire un ministre d’Etat ministre de l’Intérieur et de la Sécurité dans le domaine du Pétrole.
Le RPCI-AC exige que le Ministre des Mines et de l’Energie, monsieur Adama Toungara, donne des explications sur la présence du Ministre Bakayoko dans son domaine de compétences.

Fait à Paris le 11 novembre 2014
Pour le Rpci-Ac

Christian Vabé
Président