La conjointe du banquier ivoirien de 34 ans interpellé par la police ivoirienne le samedi 18 avril dernier pour violence conjugale a battu en brèche les premiers témoignages des voisins du couple. Témoignages selon lesquels le suspect aurait exercé des violences physiques à son égard.

Dans une vidéo publiée devenue virale sur les réseaux sociaux, le jour des faits, l’on aperçoit la jeune dame sautant du 3ème étage de l’immeuble où elle habite avec son conjoint, dans la commune de Yopougon pour chuter sur le sol en pleine nuit. Ce dimanche 19 avril 2020, dans une vidéo réalisée par ses soins, elle demande la libération de son "mari".
" Ce qui s’est produit jeudi, mon mari n’a rien à avoir dedans. C’est parce que j’ai bu. C’est sous l’effet de l’alcool que tout cela est arrivé. Il me m’a pas frappée, il a essayé de me sauver", déclare la concernée.
Selon les témoignages des voisins du couple, le "mari" en question serait coutumier des faits de violences physiques à l’égard de sa conjointe. Selon la victime, les témoins auraient inventé de toute pièce cette version. "Les voisins qui parlent, vous n’avez rien vu. C’est moi la concernée, et je dis qu’il n’a rien fait", affirme la jeune dame.

La cheffe du département ’’Femmes, Enfants et Personnes Vulnérables, Droits de Solidarité du Conseil National des Droits de l’Homme ( CNDH), s’est rendue au Commissariat du 38e arrondissement de Yopougon afin de rencontrer le contrôleur financier âgé de 34 ans, compagnon de la dame, qui a été interpellé et mis en garde à vue pour les besoins de l’enquête. "Jointe au téléphone ce dimanche, la victime confirme l’innocence de son "mari" et déclare être à l’origine de cette histoire. Elle dit se sentir coupable et supplie les autorités judiciaires de relâcher son compagnon", peut-on lire dans la note du CNDH.

Quant au mis en cause, M. Droh, il clame son innocence sur les faits qui lui sont reprochés et confirme les disputes avec sa compagne depuis un moment, car elle le soupçonnait d’infidélité.
"Selon les informations issues des quatres entrevues relatives à l’incident, Kassy Sandrine soupçonnait son compagnon d’avoir des liaisons avec d’autres femmes. Après avoir consommé de l’alcool, elle était en état d’ébriété "avancée", annonce un communiqué du CNDH.

Toujours à en croire cette note, la victime aurait tenté de sortir de la maison après un premier essai en passant par le balcon. Son compagnon se serait empressé de la repêcher en vain. Son état d’ébriété aurait été confirmée par l’officier en charge de l’affaire. Celui-ci, selon le communiqué, affirme avoir senti l’odeur d’alcool et affirme également que la dame aurait vomi dans l’ambulance qui l’a transportée à l’hôpital.


Pour l’heure la justice n’a pas encore dit son dernier mot, et les commentaires vont bon train sur les réseaux sociaux. La victime, Kassy Sandrine serait âgée de 24 ans et ouvrière dans une usine de parfumerie de la place.