A l’époque où Laurent Gbagbo devait partir en exil,c’est moi que la structure qu’il dirigeait a demandé de l’accompagner.A cette époque,il existait des trains avec des wagons-lits pour lesquels on mettait le nom du voyageur sur le ticket. Et le 28 mars 1982, c’est-à-dire le jour du départ, quand on a envoyé Dr Kodjo Richard pour acheter les tickets, il ne connaissait pas cette exigence.

Et il est venu vers moi, je lui ai dit qu’on ne fait pas de contrôle avec le nom sur le ticket et je lui ai indiqué de mettre sur un ticket Abdoulaye Cissé et sur l’autre Touré Adama. Et ce qui a été fait. Cette histoire Gbagbo lui-même l’a racontée à un meeting, mais malgré tout, au lieu de s’informer des gens se lancent dans des dissertations fausses qui  les discréditent et disant que le président Laurent Gbagbo
a utilisé un passeport étranger pour aller en exil ».
Propos recueillis par
Armand Bohui