Il a fallu que des inconnus publient des photos de maltraitance de Charles Blé Goudé pour que le ministre de l’Intérieur publie enfin ses propres photos de sa victime. On y voit un un Blé Goudé tour à tour sourire aux lèvres, rangeant des habits dans un placard, tenant une tasse en main, couché dans un lit douillet en train de lire la bibble, assis et regardant la télévision ou encore assis dans une chaise et
lisant une bibble posée sur Une table. Ce Blé Goudé-là apparemment heureux d’être privé de
liberté, ne porte pas la barbe hirsute qui bouffait son visage sur les photos qui ont
sèment l’émoi depuis quelques jours. Il faudrait bien naïf pour croire que Blé Goudé a toujours vécu dans
un monde féérique dans la «résidence protégée » d’Hamed Bakayoko. Et que cela n’obéit pas à une stratégie de communication. Il suffit de lire la déclaration des avocats de Charles Blé Goudé pour se rendre compte de la supercherie. Ceux qui ont crié au montage et à la mise en scène à la vue
des photos prises à la Dst peuvent maintenant prendre leur revanche. Tant qu’à
faire. La seule leçon à tirer de tout cela c’est que la Côte d’Ivoire fait vraiment pitié d’avoir un
gouvernement aussi manipulateur. Un homme détenu au secret et que ses avocats
encore moins ses parents n’arrivent pas à voir depuis huit mois et qui semble être
si heureux en compagnie de ses geôliers, cela s’appelle de la magie. Et cela n’est paossible
que sous le régime Ouattara. Mais pour que cette magie opérère, il a
quand même fallu montrer d’abord la réalité. La seule et la vraie.
notrevoie du jeudi 13 mars 2014