« Que le chef de l’Etat,Alassane Ouattara libère mon fils enlevé ». c’est le cri de coeur de m. fahé sahé félix. ce septuagénaire,fonctionnaire à la retraite,arrivé de la côte d’ivoire profonde depuis deux semaines, traine sa bosse à abidjan à la recherche du lieu de détention de son fils. le nommé fahé sahé hilaire, ex-fds,enlevé avec son tuteur, un certain lamine (lui aussi exfds),le 19 septembre dernier à 4 heures 30 à son domicile, à cocody-m’badon.

Par des éléments des frci escortés par un véhicule onuci, à en croire des témoins présents au moment des faits. « C’est une
affaire d’Etat, ne vous en mêlez pas » avaient lancé les ravisseurs, avant de quitter les lieux. non sans avoir pris soin de piller le domicile des victimes. les recherches entreprises par les proches parents et les amis du jeune fahé sahé hilaire dans les commissariats de police et brigades de gendarmerie pour le retrouver,sont vaines. il faut attendre une semaine après l’arrivée du père fahé pour découvrir le fils fahé, dans l’un des camps de concentration des frci de Yopougon(ex-bae).

« Lorsque nous l’avons découvert, les Frci nous ont demandé de ne pas en parler à la presse, pour qu’il soit libéré » explique un des frères de l’infortuné. « Ils nous ont dit aussi, pourquoi Hilaire n’est revenu dans l’armée, c’est qu’il veut faire un coup d’Etat » notre interlocuteur. les jours qui suivront, le jeune fahé sahé hilaire
n’est plus présent dans ce camp de torture de Yopougon.
«Lorsque le lendemain nous nous sommes retournés
sur nos pas pour voir mon fils, on m’a dit qu’il n’est plus là. On nous d’aller au camp Génie du colonel Koné Zakaria d’Adjamé. Là,non plus, nous ne l’avons pas vu, on nous a fait croire qu’il est à la Dst, à Cocody.Mais de ne pas y aller, que seuls les militaires y vont.C’est ainsi que nous nous sommes orientés vers l’Onuci, à Sebroko, qui nous a promis de faire des recherches pour retrouver
mon enfant. Mais, j’attends. Il faut qu’on me rende mon fils, au lieu de le promener dans des camps de torture.Il n’a rien fait. Il ne faut pas chercher à lui extorquer des aveux, sous la torture. Il faut arrêter ça. Je frapperai à toutes les portes pour obtenir la libération de mon fils »explique et menace fahé père. tout comme fahé sahé hilaire, lamine reste introuvable.
NOTRE VOIE