Tout a été presque dit sur la récente affaire Wattao. Désormais ex-responsable de la sécurisation de la zone Abidjan-Sud et viré 48 h plus tard, du commandement du CCDO. Mais des raisons du coup de colère de l’exécutif ivoirien qui ont provoqué ce « feu» nourri sur le « bon petit » de Soro Guillaume, pas grande chose. Voici quelques révélations sur cette folle journée…

« Il se prend pour qui celui-là ? Je veux qu’on me règle ça très vite et qu’on en parle plus…» Le chef s’appelle Alassane Dramane Ouattara. Et quand sa colère explose et s’exprime en des termes aussi précis, Soumaïla Bakayoko, chef d’état-major des FRCI et le ministre de la Sécurité Hamed Bakayoko n’avaient plus qu’à bander les muscles pour mettre à la forfaiture Wattao. De toutes les façons, le président Ouattara n’aimait déjà pas d’un amour particulier, ce militaire trop tapageur, et copain à…Charles Blé Goudé.


GRONDE PAR HOLLANDE A CAUSE DE WATTAO…

Mais avant justement, Wattao lui-même venait de prêter le flanc. En effet, alors que les clameurs de la visite du président Français qui saluait pour les caméras, le retour de la sécurité en Côte d’Ivoire, alors qu’en privé, Ouattara se faisait gronder comme un gosse sur les dérapages inacceptables de son armée, ne s’étaient pas encore estompées, il fallait que les armes tonnent encore à Marcory. Le quartier qui accueille une bonne partie des expatriés Français. Situé à quelques kilomètres à vol d’oiseau, du camp militaire de la Licorne. Par la faute de qui ? Le lieutenant-colonel Idrissa Ouattara dit Wattao.

Coïncidence désastreuse assure notre source, le nom de ce militaire extrêmement voyant, insoumis, bling-bling, au goût trop prononcé pour le luxe et les belles cylindrées, étiqueté par l’ambassade de France en Côte d’Ivoire comme un chef de guerre se trouvant à la tête d’une énorme fortune grâce au racket, chantages et autres méthodes d’extorsion violentes de fonds et ayant les mains souillées de sang, était précisément au centre des échanges Hollande-Ouattara

WATTAO COMME IB?

Dès lors, le président ivoirien qui avait déjà prévu d’éloigner le protégé de Soro Guillaume de la zone sud d’Abidjan trop sensible pour les milieux d'affaires occidentaux, ne pouvait après cette gaffe monumentale, que faire d’une pierre deux coups. C’est à dire chasser aussi l’indélicat militaire de la tête du Centre de Coordination des Décisions Opérationnelles (CCDO).

Grand gagnant de ces deux jours de colère présidentielle, le ministre de la Sécurité Hamed Bakayoko qui ne cessait justement de réclamer la tête de Wattao afin que le commissaire divisionnaire Youssouf Kouyaté, son homme de main, ait enfin les mains libres pour diriger en toute quiétude le CCDO. reste maintenant à savoir comment tout ça va se terminer? Une révolte intérieure de Wattao n'est pas à écarter. Lui qui vient de sommer ses hommes de déserter la zone sud d'Abidjan. Que prépare t-il ? Et si Wattao était sur les traces de IB ? ./.

AUGUSTIN Djédjé
djedjenet64@yahoo.fr