Les presidents Henri Konan Bedie du Pdci et Pascal Affi N’Guessan du Fpi, main dans, la main au sortir de la

premiere etape de leur rencontre hier au domicile du  premier nomme. Cette image traduit eloquemment

l’esprit de fraternite, de convivialite et d’apaisement qui a preside a la rencontre des dirigeants de ces deux

importantes formations politiques  Et quand le president Affi appelle le president Bedie, .papa. et que ce dernier

repond en disant .mon fils., l’assistance finit par comprendre les tres bonnes intentions qui animent les

deux hommes politiques au moment ou ils se rencontrent apres la sortie de prison du .fils.. Rencontre qui

constitue egalement la premiere de la nouvelle annee. Les deux hommes sont originaires de la region du Nzi-

Comoe. C’est donc tout naturellement que, donnant   les premieres nouvelles de sa visite, le president Affi, qui

etait entoure des vice-presidents   Michel Amani et Marie-Odette Lorougnon, les secretaires nationaux Monnet

Agnes, Coulibaly Seydou et Bamba Franck Mamadou, et son conseiller en communication Franck Anderson

Kouassi, a indique etre venu rendre une visite de courtoisie a son .pere. et lui souhaiter ses voeux du nouvel

an. En reponse, le president Bedie, qui, lui, avait a ses cotes le secretaire executive national du Pdci, Pr. Maurice

Kacou Guikahue, et le secretaire executif en charge de la communication, Kobenan Adjoumani, a dit sa joie de

recevoir la visite et les voeux de son .fils. a qui il a indique qu’appartenant a la meme region, ils ont le devoir

de faire en sorte que ladite region soit politiquement animee dans la paix et la convivialite. Apres les premieres nouvelles,

la presse a ete priee de se retirer et les deux delegations ont echange.  Selon des sources credibles,

le president Affi a depeint la situation politique nationale et fait l’etat du dialogue direct que son parti, le Fpi, a

engage avec le pouvoir. Le president du FPI a demande au president Bedie, au renard de ce qu’il a ete president

de la Republique et du role qu’il joue actuellement aux cotes d’Alassane Ouattara de peser de tous son

poids pour faire accepter la tenue des etats generaux de la Republique que propose le FPI pour ramener definitivement

la paix dans le pays. A la fin de son propos, il a offert selon nos sources un cadeau de nouvel an au

president Bedie. Celui-ci qui aurait tres bien accueilli la demarche du president du FPI aurait felicite le FPI pour

avoir opte pour la voie de la negociation. Il a conseille de maintenir cette voie dans la patience et dans la comprehension

mutuelle. Le president Bedie pour sa part, a selon nos sources, indique qu’il pesera de tout son poids pour que le dialogue

triomphe et que la Cote d’Ivoire ne retombe plus dans la violence politique. Les presidents Bedie et Affi

se sont ensuite retrouves en tete a tete pendant une quinzaine de minutes. A la fin de cette visite, le president

Affi et Pr. Guikahue se sont adresses a la presse. Nous vous proposons ci-dessous l’integralite de leurs differentes

interventions.

 le vendredi 31 janvier 2014  |  Notre Voie

L'intervention de MR Affi:

Chers amis, je sais que vous voulez savoir le centre  d’interet de cette rencontre. Evidemment l’annee 2014

est une nouvelle annee tres importante pour la Cote d’Ivoire. C’est une annee que tous les ivoiriens placent

sous le signe de la reconciliation nationale. Une annee qui doit etre une annee de rapprochement, de convivialite,

de decrispation et de fraternite. C’est une annee ou les sentiments d’amour doivent etre au centre de

nos demarches. C’est donc animes de ces sentiments d’affection que nous avons conduit une delegation du

Front Populaire Ivoirien pour rendre visite au president Henri Konan Bedie qui fut president de la republique

de Cote d’Ivoire et aujourd’hui president du PDCI. C’est a dire une personnalite qui a un parcours

dans ce pays, et qui compte sur l’echiquier politique national. C’est d’ailleurs pour cela que les militants du PDCI lui ont renouvele leur confiance lors du dernier congres du PDCI auquel nous avions ete aimablement

invites. Alors, dans cette phase cruciale ou la Cote d’Ivoire cherche le chemin de la reconciliation,

nous avons estime qu’il etait indique que le Front Populaire Ivoirien rende cette visite au president Henri

Konan Bedie, qui etait entoure de certains de ses proches collaborateurs, pour lui presenter les voeux

sinceres de paix, de sante et de prosperite du Front Populaire Ivoirien pour lui-meme, sa famille, ses collaborateurs

et a l’ensemble des militants et militantes du PDCI. J’ai ajoute une touche regionale parce que le

president Bedie et moi avons l’avantage d’appartenir au meme terroir et donc j’avais aussi cette responsabilite. 

Mais au-dela des echanges des voeux, les homes politiques que nous sommes, nous n’avons pas

echappe a l’idee d’echanger sur la situation nationale.  En ce qui nous concerne c’est le dialogue politique

avec le gouvernement, la reconciliation a travers les EGR. Il etait important pour nous d’echanger avec le

president Henri Konan Bedie et ses collaborateurs sur ces sujets importants qui sont pour nous les deux piliers

de la reconciliation nationale. C’est une proposition du FPI. Mais c’est l’adhesion de l’ensemble des

composantes du pays et des organisations politiques qui en fera un projet pour aider le pays a sortir de la

crise. Nous avons echange sur les questions de la liberation des prisonniers pro-Gbagbo, le retour des exiles

politiques, les problemes auxquels les militants du FPI et tous ceux qui sont proches du president Laurent

Gbagbo sont confrontes. Nous avons sollicite l’implication du president Henri Konan afin que la resolution

de tous ces problemes connaissent un aboutissement heureux. Nous avons recueilli des recommandations,

des suggestions et des conseils. C’est une bonne rencontre.  C’est un chantier qui depasse les considerations

ideologiques. Ensemble, nous pouvons faire avancer la Cote d’Ivoire sur le chemin de la reconciliation ..

Kakou Guikahué :«Bédié a donné des conseils»

Le president Bedie a donne des conseils. Il a demande que nous tournions le dos a la violence. Il a

prone le dialogue, a suggere que chaque geste doit etre considere comme un pas de geant. Il a par ailleurs

exige que nous continuions dans le dialogue politique. .

Propos retranscrits par B.S.

notre voie