Pour le président du Fpi, du fait de la crise de 2010, de nombreux Ivoiriens croupissent en prison. Le Président Laurent Gbagbo est déporté à la Cpi, son épouse, Simone Gbagbo, est dans l’isolement total à Odienné et de milliers d’Ivoiriens condamnés à l’exil. Le pays ne doit pas demeurer éternellement dans une telle situation. (…), il faut vider les cœurs de ressentiment. Il faut panser les plaies.( …) Affi N’Guessan demande alors au régime Ouattara d’ouvrir les portails des prisons pour que les détenus politiques recouvrent la liberté. Il a invité le Pouvoir à faciliter le retour des exilés politiques. Il a insisté particulièrement sur la responsabilité des gouvernants à s’investir pleinement dans la réconciliation des Ivoiriens. ( …) si la sécurité n’est pas effective sur toute l’étendue du territoire, si la question de la terre n’est pas réglée et si rien n’est fait ici et maintenant, il est évident que les élections à venir embraseront encore le pays. « La paix est une bonne chose pour tout le monde » , a-t-il ajouté. Avant de dénoncer la déportation du Président Gbagbo. « Le Pdci et le Rdr étaient dans son gouvernement. Comme il est tolérant et bon, il a fait du chef rebelle, Guillaume Soro, son Premier ministre. Ces mêmes ont envoyé Gbagbo à la Cpi. Mais ils brûlent leurs mains »

(In Notre voie du 21 Décembre 2013 )