Cet écrit décrira ponctuellement certains évènements politiques en Afrique. Mais vous me permettrez de passer par les évènements en Ukraine. Ce document basé sur des éléments classés top secrets, que j’ai obtenu par mes sources au sein des services de l’ombre illuminati, c’est-à-dire la CIA (USA), le Mi6 (Royaume-Unis), la DGSE (France). Ces documents, eh ! bien, je vous en donne quelques bribes essentielles qui je pense, vous aideront dans votre combat de l’information et aider à la lutte pour les libertés de vos peuples.


Ce document sera subdivisé en deux (2) LETTRES. S’il vous plait, faites attention aux propos suivants pour comprendre les évènements passés et ceux qui vont se dérouler car en passe de s’accomplir si rien n’est fait par les peuples qui en sont les cibles.
F.F. DEREKSSEN
Ancien agent des illuminatis

LETTRE B : BURKINA FASO-NIGERIA-CAMEROUN-CÔTE D’IVOIRE

Le 16 Janvier 2014, aux Etats-Unis, une cellule de la CIA et certains agents du Mi6 et de la DGSE française
tiennent une réunion secrète à West Roxbury, Boston, dans l’état du Massachussetts. Ordre du jour : la
mise en œuvre du plan de contrôle de la sous- région Ouest africaine pour l’année des élections, c’est-à-
dire 2015.


Il est dit au cours de cette réunion, que Blaise Compaoré, après de bons et loyaux services, doit débarrasser
le plancher pour le nouvel homme de main. Le moment est bien arrivé à maturité pour mettre à exécution
La révolte du peuple burkinabèle plan. Il fallait encourager Blaise Compaoré quant à la modification de la constitution afin de se maintenir au pouvoir. Les agents contrôlés par la France sont commis à la tâche pour cela. Ce dernier tombe pour ainsi dire dans le piège car en face, les leaders de l’opposition sont conditionnés pour conduire leurs
militants à la « révolte ». La grande manœuvre est ainsi lancée pour maintenir et entretenir la confusion.
La France sous conduite des Etats-Unis, mène pour ainsi dire le grand jeu d’intérêts géopolitiques en Afrique de l’ouest. Le but principal est d’aboutir à un chaos psycho-politique médiatisé en dernier ressort afin de se laver les mains et présenter Monsieur Compaoré comme le problème du pays suite aux manifestations denses des militants de l’opposition. Mais en vérité, Blaise Compaoré est l’objet d’un
« limogeage » de la part de ses employeurs français et américains. Il fallait passer à autre chose pour le
contrôle de l’Afrique de l’ouest.
En faveur de qui ?


Pour les naïfs de la politique, ce qui s’est passé au Burkina-Faso est une révolution du peuple burkinabè fatigué de voir les mêmes personnes à la tête du pays. Mais ce qu’ils ignorent pour beaucoup, c’est que la nature humaine qui a en elle les gênes de lassitude est plus facile à exploiter si l’on s’y prend bien comme savent le faire les services secrets occidentaux. Cela a marché en Tunisie et en Egypte (brièvement dans ce pays), en Ukraine, etc. mais ces manœuvres sont limitées si les masses populaires ont une éducation politique avérée. Les occidentaux voulaient un départ de Blaise Compaoré par le maintien en l’état actuel
de la constitution burkinabè, en l’occurrence l’article 37. Blaise Compaoré sait trop de choses pour être
déchu de façon humiliante et dramatique. Bref !

Monsieur Compaoré est un poison pour ses employeurs.
C’est pourquoi dans la précipitation, face à la tournure imprévue des évènements, une intervention militaire française a failli être engagée pour sauver ce dernier à partir de la Côte d’Ivoire afin de le garder jusqu’aux prochaines élections auxquelles il n’avait pas droit. En somme, une liquidation politique en douceur pour services rendus et placer le nouvel « employé ». Mais au vu des évènements d’une ampleur jamais constatés dans le pays, une force spéciale française avec soldats de race noire est mise en
préparation à partir de la Côte d’Ivoire pour aller sur place, contenir la foule burkinabè pour éviter ce qui
est arrivé par la suite. C’est alors que les partisans de la révolte vivants en Côte d’Ivoire, informent leurs
compatriotes sur le terrain au pays. C’est ainsi que la foule anticipe et déferle sur les bâtiments administratifs dont l’assemblée nationale qui est mise à sac et incendiée. Blaise Compaoré est surpris, la France, les Etats-Unis aussi sans parler d’Alassane Ouattara et son gouvernement qui sont pris de panique.


Le constat est clair. Il est trop tard pour rétablir la situation, mais dans un baroud d’honneur il est alors conseillé à Blaise Compaoré de faire une déclaration pour diriger une transition afin d’aboutir aux élections prochaines. Mais hélas, la mayonnaise ne prend pas et la démission de ce dernier est proclamée dans la précipitation pour sauver les meubles, quitte à récupérer la situation par les menaces puis préparer le terrain pour l’homme de main des illuminatis, c’est-à-dire Zéphirin Diabré, l’ancien cadre de AREVA,compagnie française qui exploite abusivement l’uranium nigérien et candidat aux élections de 2015.

F.F. DEREKSSEN
Ancien agent des illuminatis

 


AFFAIRE A SUIVRE!
(Retrouvez l'integralité de cet article sur ivoirebusiness)