L’ancien Premier ministre Jeannot Ahoussou Kouadio a estimé, mercredi, que pour la mise en œuvre de l’Appel de Daoukro, le Rassemblement des Houphouétistes pour la paix et la démocratie (RHDP, coalition au pouvoir) ne doit s’apprendre qu’à lui-même s’il y a des voix qui s’insurgent contre la candidature unique du Chef de l’Etat Alassane Ouattara, proposée par le Président Henri Konan Bédié.

Jeannot Kouassi Ahoussou était en compagnie Alcide Djédjé, un proche de Gbagbo, Alexis Zékré du Rdr, l’ex ministre Akoto Yao, Aka Véronique du Pdci. Au regard de toute cette diversité de personnalités de partis différents triés sur le volet, l’invité a indiqué que « bien au-dessus de nos divergences, nous avons devant nous, un vaste champ qui est la Côte d’Ivoire que nous devons cultiver avec amour pour répondre aux aspirations de l’hymne national (Ndlr : salut ô terre d’espérance, pays de l’hospitalité.). Si le passé récent nous ont divisés, l’avenir lumineux de notre pays doit nous rassembler ». Tels ont été les propos introductifs du premier ministre Jeannot Ahoussou Kouassi.

Appel de Daoukro

L’appel de Daoukro a créée une levée de boucliers au sein du Pdci. Jugeant cet état de fait, le cadre du parti à la couleur vert blanc a semblé minimiser ces agissements. Qui pour lui n’est pas un fait nouveau. « (.) Ce n’est pas la première fois au niveau du Pdci.Il y a des résolutions du congrès qui ne sont pas statiques. Il faut tenir compte de l’évolution de la situation politique. Il faut que les uns et les autres comprennent le sens de l’appel de Daoukro ». Ahoussou Jeannot a soutenu que l’appel de Daoukro relève de trois (03) caractéristiques. A savoir, la recherche de parti unifié, de l’alternance et de la candidature unique. « C’est tout un paquet. On oublie le parti unifié et l’alternance en 2020. La politique est faite fondamentalement pour rassembler. Elle n’est pas faite pour diviser. Bédié veut rassembler les houphouëtistes qui se sont divisés depuis le décès d’Houphouët Boigny. Le moment est arrivé de rassembler les enfants d’Houphouët. Le Pdci n’a pas à se morfondre » plaide-t-il. En parlant de parti unifié à travers l’appel de Daoukro, selon l’invité du jour a fait savoir que «le président Bédié a une vision du pays. L’appel de Daoukro profite à toute la Côte d’Ivoire ». Quant à l’alternance en 2020 qui pour certains négateurs des évidences est perçue comme une nouvelle lutte entre le Pdci et le Rdr, Ahoussou Jeannot s’est dit meurtri en 2011 « quand les présidents Ouattara et Bédié ont dit d’aller aux élections en RHDP. Beaucoup de militants et cadres de Pdci ont refusé parce qu’ils croyaient dur comme fer qu’ils allaient gagner. On a refusé et le Pdci a eu seulement que 73 députés. Nous avons servi toutes sortes d’expérimentations politiques. La Côte d’Ivoire est fatiguée d’être servie d’expérimentations politiques ».

Procès des pro-Gbagbo

Sur cette question, Jeannot Ahoussou Kouassi s’est débarrassé de ses habits de politiques pour se revêtir de ses atours de juriste. Selon lui, à la différence des autres procès, celui des supposés proches de Gbagbo relève de la crise postélectorale. « Depuis le coup d’état de 1999, nous allons d’amnistie en amnistie. On est allé jusqu’à toucher la constitution. Même encore dans la rébellion, il ya eu amnistie. Mais n’oublions pas qu’il y a eu crise postélectoral qui a fait 3.000 morts. Et aujourd’hui, on continue d’exhumer les corps. Les procès seront l’occasion de clarifier ceux qui sont mis en cause et pourront être blanchis. C’est un procès de post crise avec une conséquence d’élection présidentielle ». Selon lui, le dialogue politique a donné beaucoup de satisfaction. Ce qui a même permis de libérer les 100 autres prisonniers politiques pro-Gbagbo. « Au fur et à mesure qu’on se parle, la confiance se recrée.Il ne faut pas désespérer. Malgré la crise, on continue de se parler ». Poursuivant, il a déclaré que « les 100 autres prisonniers ont été libérés. Et on continue de libérer » a-t-il révélé. Ajoutant que cela s’est fait sans tambours battants pour « éviter de mettre en danger, la vie de ces derniers. Le président de la République et le gouvernement sont dans de très grandes dispositions pour qu’il y ait l’apaisement. Et que ceux qui ont droit à un poste aient un poste. Que ceux qui ont droit à un salaire aient un salaire et que ceux qui doivent avoir les comptes dégelés aient leur compte dégelé pour aller résolument à un apaisement ». Les procès des proches du président des refondateurs ont débuté le 31 octobre. Ces audiences se déroulent à un an seulement de l’élection présidentielle de 2015. Des voix se sont élevées pour dénoncées une incompatibilité des procès et de l’élection présidentielle. Ahoussou Jeannot a coupé court. Selon lui, « il faut aller à la vérité judiciaire. Les procès vont s’ouvrir. On va accélérer le processus pour que d’ici à juin 2015, on ne parle plus de prisonniers politiques. Pour moi, il n’y a pas de contradiction » répond-il. Se prononçant sur la présence de Laurent Gbagbo aux obsèques de sa génitrice, l’hôte du Nouveau Réveil a fait savoir que cela peut être possible. Mais il appartient à la « CPI d’apprécier. Quand à la question sécuritaire, on se demande s’il rentre ici, on image ce qui va se passer ». « Pour moi, le processus de réconciliation avance. La situation s’est fondamentalement décrispée » fait-il savoir quand il aborde la question du processus de réconciliation national.

Démission et présence de Compaoré en Côte d’Ivoire


« Je ne parle pas d’asile. Je peux affirmer qu’il y a eu le traité de la libre circulation de la CEDEAO. Avant ça, il y a eu le Conseil de l’Entente, l’OCAM. Donc Blaise Compaoré est libre de venir s’installer ici tranquillement. Sa femme est ivoirienne. Donc il est ivoirien. Il est ici chez ses beaux parents » a défendu le vice président du parti presque septuagénaire. « Nous croyons résolument en la capacité des ivoiriens à se mettre au dessus des divergences. J’appelle au rassemblement des ivoiriens de tout bord pour donner à la Côte d’Ivoire, tous ses atours qui sont au rendez-vous des grands pays développés ».
AUTRE SOURCE