L’opposition ivoirienne est en plein dans l’action, pour réclamer de meilleures conditions pour la tenue d’élections présidentielles crédibles, inclusives et transparentes. 

 

 

Après les actions éclatées organisées le week-end dernier et tenant compte des menaces ouvertes proférées contre les leaders de l’opposition, depuis la région de la Marahoué, par le président Alassane Ouattara et son premier ministre Hamed Bakayoko, tous les leaders de l’opposition se réunissent aujourd’hui autour du président Henri Konan Bédié. 

 

 

Cette réunion décisive qui s’inscrit dans la continuité des actions à mener, sera assortie d’une importante déclaration, apprend-on auprès de sources proches de cette rencontre. 

 

 

On le sait, depuis quelques semaines, l’opposition a unanimement lancé la désobéissance civile, pour non seulement dire non à un 3ème mandat du président Alassane Ouattara, mais aussi et surtout à contraindre le gouvernement à organiser des élections transparentes. 

 

 

Et l’on soutient que l’opposition devrait passer à la vitesse supérieure, vu que le pouvoir Rhdp oppose à leurs exigences des menaces et des intimidations.

 

 

 Mais l’opposition tirée par la Cdrp avec le président Henri Konan Bédié, Eds, avec le professeur Georges Armand Ouégnin, le Fpi, avec Pascal Affi N’guessan et Le Gps avec le président Soro Guillaume, entend faire barrage à ce qu’elle qualifie ‘’de forfaiture du pouvoir Rhdp’’. 

 

C’est donc une réunion importante qui intervient après celle tenue au siège du Pdci-Rda, le dimanche 20 septembre , au cours de laquelle, le président , Henri Konan Bédié, président du Pdci-Rda et de la plateforme Cdrp, a appelé, au nom de l'opposition, à la "désobéissance civile" face à la "forfaiture" de la candidature controversée du chef de l'État, Alassane Ouattara, à l'élection présidentielle du 31 octobre. "Face à la forfaiture, un seul mot d'ordre : la désobéissance civile", avait déclaré le président Bédié.