Diffusé le dimanche 12 octobre dernier sur Rti1 après le journal télévisé de 20 heures, « illusion perdue », un téléfilm ivoirien n’en finit pas de faire des vagues notamment chez des évangéliques qui crient leur indignation. 

 Insultant et choquant ! C’est d’entrée le sentiment de la révérende-prophétesse Jeanne Monney, présidente fondatrice de la Mission le rocher des siècles (Meros), en présence de plusieurs membres de son église. Tout commence le dimanche 12 octobre dernier. Après le journal télévisé de 20 heures, la première chaîne de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (Rti1) diffuse un téléfilm ivoirien intitulé « illusion perdue ».

La production raconte l’histoire d’un homme de Dieu, un pasteur à la fois escroc, mystique et meurtrier. En quête de sang humain, ce dernier va jusqu’à sacrifier sa femme et son fils pour des besoins rituels. Et cette trame, selon la révérende Monney, nuit dangereusement aux croyants protestants évangéliques. Aussi a-telle tenu à le faire savoir aux responsables de la Rti en organisant, hier au siège de la Meros sis à Marcory, une conférence de presse. « En fait, je suis en train de dire tout haut ce que des centaines de personnes et familles, voire des milliers de gens en proie à leur indignation  disent tout bas », s’est-elle indigné. Et d’ajouter : « nous nous interrogeons sur l’impact de cette situation sur nos églises ».

La prophétesse considère que la Rti1, par cette action, a jeté le discrédit et choqué d’éminents serviteurs de Dieu qui œuvrent pour le salut des âmes. « Nous disons que la même chaîne aurait été incapable de passer à l’écran des séquences aussi scandaleuses à l’encontre d’autres confessions religieuses », a-t-elle fait remarquer. Toutefois, a-t-elle reconnu, il existe partout des brebis galeuses. Mais l’on ne devrait pas, à partir d’un seul exemple, mettre tout le monde dans le même panier. Mme Monney considère cet épisode comme un malheureux incident. 

C’est pourquoi elle suggère à Rti1 de suspendre la diffusion dudit téléfilm. D’autant plus que, justifie-t-elle, « ce fait est fondamentalement hostile au processus de paix et de réconciliation qui est engagé en Côte d’Ivoire ». Jointe par téléphone hier, une source proche de Rti1 a proposé à la révérende Monney d’a­dresser un courrier à la direction générale. « Qu’elle adresse un mot à la Rti si elle a des propositions à faire », a répliqué notre interlocuteur.

Source : Nord-Sud |   Samedi 19 Octobre 2013