Officiellement inauguré le jeudi 2 novembre dernier, le barrage de Soubré construit sur le fleuve Nawa a une capacité de 275 mégawatts de puissance pour une production annuelle de 1.170 GW/heure. Le pouvoir Ouattara a présenté ce barrage comme étant le plus grand barrage de l’afrique de l’Ouest. Cette information a été aussitôt relayée par les journaux proches du pouvoir.

 

Faux, archifaux ! Le barrage de Soubré n’est pas le plus grand barrage de l’afrique de l’Ouest. Tout près de la Côte d’Ivoire, il y a le barrage d’akosombo. Construit sur le fleuve Volta, ce barrage a une puissance 1020 Mégawatts. Il vaut quasiment plus de 5 fois le barrage de Soubré.

 

C’est donc un grossier mensonge que de dire que le barrage de Soubré est le plus grand barrage de l’afrique de l’Ouest. Même au-delà de l’afrique de l’Ouest, il y a bien, dans d’autres pays, des barrages insolemment plus importants que le barrage de Soubré. C’est les cas du barrage d’Inga I de la RDC qui a une puissance de 1424 MW ; et du barrage d’assouan en Egypte qui a une puissance de 2100 MW. Les Ivoiriens attendent Ouattara au tournant L’Etat ivoirien pouvait donc mieux faire que ce qui a été fait à Soubré. Et au lieu d’avoir le profil bas, il fait du faux dans sa logique de propagande pour tromper une fois encore le peuple. En tout état de cause, les Ivoiriens attendent Ouattara et ses griots au tournant. Car il serait illogique, voire absurde, que la Côte d’Ivoire détienne le plus grand barrage hydroélectrique et subisse un prix exorbitant d’électricité dans un environnement de délestage. Nous ne sommes pas dupes. Nous savons très bien que ce barrage en en fonction depuis trois mois. Et la situation n’a toujours pas changé. Nous voulons plutôt croire que le chef de l’Etat attendait l’inauguration officielle pour prendre des mesures qui gué- rissent en termes de rabais du prix de l’électricité, l’éradication du délestage.

 

Il faut éviter de faire exactement ce qui se passe au niveau de la gestion économique. Depuis que Ouattara a été installé à la tête de notre pays par l’armée fran- çaise, le 11 avril 2011, on nous rabat les oreilles que la croissance va de façon exponentielle. Mais malgré cette croissance, les Ivoiriens ont les poches vides. Ils ne peuvent plus se nourrir correctement. On a même tendance à croire que plus la croissance monte, plus les Ivoiriens deviennent pauvres. Il s’agit donc d’une croissance qui ne nourrit pas les populations. Tout simplement parce que cette croissance repose sur de faux chiffres. Elle est donc fictive. La preuve, l’activisme et l’enthousiasme qui entouraient cette croissance au début de la gouvernance de Ouattara se sont estompés depuis un moment. Ceux qui en faisaient la propagande sont eux-mêmes tétanisés par la pauvreté qu’elle engendre. Un bel exemple édifiant du paradoxe. C’est cet activisme et cet enthousiasme qui entourent encore aujourd’hui le barrage de Soubré dont on dit faussement être le plus grand de l’afrique de l’Ouest. Ce que les Ivoiriens attendent de Ouattara après l’inauguration de ce barrage, c’est que Ouattara et son gouvernement réduisent considérablement le coût de l’électricité pour que cela soit à la portée du citoyen moyen.