Le Front Populaire Ivoirien (FPI) dans un communiqué demande au pouvoir en place de revenir à la dénomination des ‘’FANCI’’ et non ‘’FRCI’’ pour la désignation de l’armée. Le parti de Laurent Gbagbo indique dans ledit document que l’appellation FRCI est assimilable à une milice d’un parti.
«Le Front Populaire Ivoirien demande le retour de la dénomination des Forces Armées Nationales de Côte d’Ivoire (FANCI) et non de Force républicaine de Côte d’Ivoire (FRCI), car cela donne l’image d’une force assimilable à une milice de Parti», explique l’ex régime au pouvoir. Les adeptes de la refondation s’oppose également à la réforme du système de sécurité dont le conseil est présidé par le Chef de l’Etat et le secrétariat assuré par Alain Richard Donwahi. Cette réforme cacherait, à en croire le parti de Pascal Affi N’Guessan une velléité de conservation du pouvoir par Alassane Ouattara. «Le Front Populaire Ivoirien retient que la réforme du système de sécurité telle qu’amorcée par le régime en place, se fondant essentiellement sur une approche unilatérale, est loin de garantir à la Côte d’Ivoire un environnement sécurisé et paisible», notifie son secrétariat à la défense. Ce dernier dirigé par Michel Amani Nguessan, indiquera par ailleurs que cette approche cacherait une velléité de conservation par la force du pouvoir d’Etat, et demande la suspension de la réforme du système de sécurité telle que conduite actuellement ; puis pour finir, une refonte du secrétariat du Conseil National de sécurité en redéfinissant ses attributions par la loi.
Source

Le Democrate