Bouaké (Côte d’Ivoire) - Au moins trois personnes ont été blessées et 3 détenus sont en fuite après des heurts entre militaires et gardes pénitentiaires à la Maison d’arrêt et de correction de Bouaké (prison civile),  dans la métropole Nord du pays.

 

C’est aux environs de 10 heures Gmt et heures locales qu’un détachement de soldats s’est déporté aux alentours de la maison d’arrêt et de correction de Bouaké communément appelée prison civile pour empêcher un mouvement d’humeur déclenché quelques minutes plus tôt par des gardes pénitentiaires qui protestaient contre leur exclusion de l’accord financier signé la semaine dernière entre le gouvernement et une partie de l’armée.

 

‘’ Nous dénombrons trois blessés, dont un par balle et un avec une arme blanche dans nos rangs’’ a déclaré dans un entretien accordé à APA, le Sergent Aboubacar Coulibaly, porte-parole des gardes pénitentiaires de Bouaké, après l’assaut des soldats.

 

Selon lui, ‘’trois détenus sont en fuite, 6 armes nous appartenant ont été emportées et 2 de nos camarades ont également été enlevés par les soldats’’. ‘’Nous sommes frustrés de n’avoir pas été pris en compte dans cet accord parce que nous avons autant combattu lors de la crise postélectorale de 2011 que ceux qui viennent d’être pris en compte’’ a ensuite déploré le Sergent Coulibaly.

 

‘’Apres la guerre, on a accepté de se faire démobiliser et ensuite on a été réinséré dans différents corps dont les Douanes, l’administration pénitentiaire et des eaux et forêts, à la police et la gendarmerie, donc nous ne comprenons pas cette situation de deux poids deux mesures’’, s’est-il ensuite plaint.

 

Selon lui, environ 2000 gardes pénitentiaires, 2000 agents des Douanes, 1000 agents des eaux et forêts et quelque 500 gendarmes sont concernés par ce nouveau mouvement d’humeur.

 

Apres plusieurs jours de débrayage de soldats mutinés dans plusieurs villes du pays un accord a été trouvé finalement, samedi dernier entre le gouvernement ivoirien et ces soldats qui réclamaient de meilleures conditions salariales et sociales.

 

Selon une source proche de ce dossier, les soldats ivoiriens au nombre de 8500 ont reçu au terme de cet accord une somme globale de 5 000 000 FCFA chacun. Depuis lors d’autres voix discordantes se lèvent de plus en plus pour dire que c’est une somme globale de 12 000 000 FCFA que chacun de ces militaires devraient recevoir.

 

Ces sources ajoutent que chacun des soldats recevra en plus de 5 000 000 FCFA, une autre somme de 7 000 000 FCFA qui sera échelonnée sur 7 mois.