Initialement prévue du  mardi 28 au jeudi 30 janvier  2014, la nouvelle audition de  l’ex-député et ancienne présidente

du groupe parlementaire Fpi, Mme Simone Ehivet Gbagbo, pourrait démarrer, le mardi 4 février prochain, à Odienné (nordouest du pays) où elle est détenue au secret depuis avril 2011. Selon des sources judiciaries proches du dossier,

cette audition qui sera  menée par le doyen des juges d’instruction près le tribunal d’Abidjan-Plateau, Victor

Coulibaly, se fera en presence  des avocats de Mme Gbagbo qui rallieront Odienné durant ce weekend.

L’épouse du president  Laurent Gbagbo pourrait  être, sauf changement,  confronter à des personnes

se disant victimes de viol  qu’aurait commandité, selon  elles, l’ex-Première dame Durant la crise postélectorale.

Une confrontation orchestrée  évidemment par la «  justice des vainqueurs » qui prévaut en Côte d’Ivoire et

qui accable Mme Gbagbo  d’une panoplie de chefs d’accusation  farfelus dont « complicité de viol, génocide,

crimes de sang, atteinte à la  sûreté nationale, crimes économiques ». Les « témoins » brandis par

le juge d’instruction serontils effectivement présents à Odienné pour la confrontation ? « On le saura mardi

prochain », répond une source proche du tribunal de  première instance d’Abidjan- Plateau. Qui précise que

ordre aurait été donnée par la chancellerie (ministère de la Justice) au juge d’instruction et au procureur pour

faire accélérer le dossier Simone  Gbagbo afin que la chancellerie y statue. Simone Gbagbo sera-t-elle mise en

liberté provisoire au terme de toute cette procédure ? De fortes rumeurs parcourent le milieu judiciaire à ce

propos.

Notre voie